Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ retour au sommaire ]

COMMUNIQUE de PATANARES - 22 septembre 2003

FÊTE DE LA CHÂTAIGNE :
La Fête de la Châtaigne est un moment festif et convivial important pour la population. La menace que le Préfet fait peser sur notre région ne doit pas empêcher le bon déroulement d'une festivité traditionnelle qui compte dans la vie sociale des Hauts Cantons.
L'association PATANARES souhaite que la fête se déroule dans de bonnes conditions et profitera de l'occasion pour informer les nombreux visiteurs. Nous avons expliqué notre position au Comité d'organisation de la fête de la Châtaigne, le lundi 22 septembre.
Les rumeurs qui circulent, nous accusant de vouloir empêcher la fête, sont non fondées et leurs promoteurs poursuivent des buts inavouables.

ANNIVERSAIRE DU PARC :
L'association ne souhaitait pas l'annulation de l'anniversaire du Parc Régional, mais désirait s'adresser aux représentants de l'état (Préfet, sous-préfet, DIREN), au Président du Conseil Général et au représentant du Conseil Régional, qui n'ont pas daigné se déplacer pour les 30 ans du Parc.
Ces absences ont provoqué une réaction tumultueuse de la population présente. Nous comprenons la déception des salariés du Parc.

ACCIDENT DE CAMION ET INONDATIONS :
Le dramatique accident de camion transportant douze tonnes de produit toxique, vient démontrer que les risques liés à la circulation des poids lourds que nous avons dénoncés lors de l'enquête publique du projet de Sita Sud ne sont ni des fantasmes, ni des craintes exagérées.
Rappelons que les relevés de circulation effectués par la DDE indiquent une moyenne annuelle de 750 camions par jour, et 950 si on ne tient compte que des jours ouvrables. Le fonctionnement de la décharge se traduirait par une augmentation du trafic de 100 passages de camions par jour, et la production de lixiviats annoncée est de 400 tonnes/semaine.
Combien d'accidents ces 10% d'augmentation du trafic vont-ils générer ? Combien de camions de lixiviats ou d'ordures finiront dans les cours d'eau ?
Si l'orage qui s'est abattu sur la région s'était produit le jour même de l'accident, les barrages antipollution placés sur la rivière n'auraient pas fonctionné. Si les précipitations qui sont tombées sur la région de Montpellier étaient tombées sur les casiers de déchets prévus à Tanares, ces casiers auraient-ils résisté ou aurait-on retrouvé les ordures au fond du ruisseau de Condades et dans le Jaur ?

DECISION PREFECTORALE :
Monsieur le Préfet Idrac va bientôt donner sa décision, diverses informations nous permettent de penser qu'elle est déjà prise et en cours de rédaction, ceci avant même que les sondages nécessaires pour vérifier la nature du sous-sol soient terminés. Ce simulacre montre bien le mépris dans lequel est tenue la population, et constitue un déni de démocratie. Il s'agit pour le Préfet de faire passer à tout prix un projet, grace à un dossier malhonnête comportant de nombreux mensonges et falsifications.
Nous pouvons craindre que la décision du Préfet ne soit une décision politique pour tenter d'influencer les prochaines élections, mais nous n'oublierions pas que sous la plume du représentant de l'état, aurait coulé l'encre de l'UMP.
Rappelons à Monsieur le Préfet qu'il sera tenu personnellement pour juridiquement responsable des catastrophes annoncées qui ne manqueront pas de se produire et que le principe de précaution doit être appliqué avant et non pas après.

D'AUTRES SOLUTIONS EN VUE :
Le Préfet ne peut ignorer que d'autres solutions moins dangereuses, et à taille humaine existent : outre le projet de Rosis, le Syndicat Mixte de l'Ouest explore une possibilité sur Pézenes les Mines et projette une pré-étude sur la commune de Cazouls lès Beziers, parallèlement le SMICTOM de Pézenas est en train de réaliser un CET sur la commune de Roujan.
Comme l'écrit Monsieur Bozzarelli, président du Syndicat Mixte de l'Ouest :
"L'environnement et sa pérennité sont des sujets qui nous concernent tous et que nous devons tous partager en termes de conséquences comme d'avenir pour nos descendants."

PATANARES n'approuve pas les injures et amalgames (du genre "élus vendus ") et se désolidarise de tels procédés.
Association PATANARES : www.décharge34.com

[ haut de page ]