Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Communiqué du 25 août 2004

Egal à lui-même et au mépris, qu'il affiche régulièrement envers les populations et les élus, le préfet vient de signer son arrêté modificatif autorisant la réalisation d'un accès au CSDU (décharge) de SITA SUD.
Il a consulté le conseil départemental d'hygiène (CDH) qui a émis un avis défavorable : 7 voix pour (6 services de l'état plus le préfet), 10 contre et 2 abstentions dont la DDE.
Le premier projet d'accès avait été refusé par la DDE et la gendarmerie car il présentait trop de dangers pour les usagers de la RN 112.
Ce nouveau projet, identique au précédent, mais déplacé d'une centaine de mètres est tout aussi dangereux, c'est ce qui a motivé l'avis défavorable du CDH, et même le représentant de la DDE (dont nous saluons l'indépendance) a préféré s'abstenir malgré une convention signé avec SITA pour ne pas se sentir complice de futurs accidents.
Malgré ce, le préfet passe outre. Nouvelle mascarade démocratique, mais cette fois Monsieur le préfet ne prend plus la peine de faire semblant. Il sert ouvertement la soupe au groupe SUEZ, au mépris des risques sanitaires , écologiques, économiques et routiers. Quel genre d'arguments particulièrement convaincants SITA SUEZ a-t-elle donc présenté au préfet... ?
Rappelons que les populations, élus et organismes concernés sont tous prononcés contre ce projet. Seul Sita et le préfet (et peut-être quelques autres...) souhaitent le voir se réaliser.
SITA a présenté un dossier falsifié et mensonger, SITA n'a pas la maîtrise complète du foncier et n'a toujours pas d'accès de sécurité pourtant obligatoire.
Tout cela n'empêchera certainement pas Monsieur le préfet d'accorder le permis de construire, malgré l'avis contraire du maire de Riols et quelque soit celui de le DDE.
A chaque fois, au mépris de la population et des élus monsieur le préfet Idrac prend une décision autoritaire, bafouant la démocratie.
Devant un tel comportement, le devoir de tout citoyen est de pratiquer la désobéissance civique pour préserver la sécurité, la santé et l'avenir de la région.
Pour cela, la population consciente de ses responsabilités s'opposera au commencement des travaux prévus pour octobre.
Par ailleurs l'association attaquera en justice toutes les décisions du préfet et demandera un arrêté suspensif lors du début des travaux.
NB : Nous demandons à toute personne qui constaterait des travaux aux alentours de Bégot le Haut de nous prévenir immédiatement en appelant :
06.88.71.54.17 04.67.97.17.88 04.67.97.15.29

[ haut de page ]