Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?

[ retour à la liste ]

Marchons contre la méga-décharge - jour 3
Lundi 19 mai : De Roquebrun (10h) à Murviel 15,5 km, par Causses et Veyran

[jour précédent]


zoom

zoom

zoom

zoom

zoom

Quittant le "Petit Nice", la quinzaine de marcheurs prit la route de Murviel par Causses et Veyran. Les troupes fraîches du plateau du Somail partaient en tête, le noyau dur prenant une allure plus mesurée, mais en chansons.
Quelques discussions avec les viticulteurs locaux, qui étaient tous en train de sulfater ; ce qui irritait les muqueuses peu habituées des gavachs Saint-Ponais.
Le repas de midi, fut pris dans le centre de Causse et Veyran, village désert à cette heure, à l'exception des joueurs de cartes du café ouvert et situé en face de la stèle dédiée au poète latin local, auteur du "Praedium Rusticum".
Le soleil de l'après-midi fut plus rude, et permit à François de nous régaler de son savoir archéologique, lorsque le groupe passa devant les piliers de l'acqueduc qui amenait l'eau à la villa romaine de Veyran.
L'étape était plus courte que la veille, et les marcheurs plus rapides : pas d'enfants, sinon Claire qui marche d'un bon pas. Arrivée vers 16h30 à Murviel où l'on se dirige, guidés par nos amis d'Attac venus nous accueillir en avant-garde, vers le stade, en attendant la conférence de presse de 18h. C'est là que l'orage nous surprendra, mais peu violent !
18h sur la place: Mannequins et pancartes attendent la presse. C'est finalement à la MJC que la conférence a lieu. Peu de journalistes, mais un public intéressé et critique.
Tour à tour, Marcel et Stéphane prennent la parole, l'un pour rappeler l'historique depuis l'enquête publique jusqu'à la marche de ce jour et exposer les dangers du projet Sita à Tanarès, l'autre pour expliquer le nouvel élan donné par la rencontre avec les autres associations qui essaient de lutter conte les problèmes de générés par les sites à déchets. Qu'il s'agisse de décharges ou d'incinérateurs ces problèmes sont similaires. C'est pourquoi une plate-forme commune de revendications a pu être établi; Elle comporte six points et va servir de base à toutes les associations qui manifesteront Samedi à Montpellier avec un objectif commun : Arrêtez, Messieurs les décideurs, de choisir les solutions de facilité les pires et les plus chères ; écoutez un peu les citoyens, bien plus responsables que vous ! Ils ont quelque chose à proposer.
Aux questions posées, Raymond, qui est rudologue (spécialiste de l'étude des déchets), développera ce que pourrait être une collecte réellement sélective accompagnée du "compostage rustique" de la poubelle dite grise. Il expose les conséquences positives de ces procédés, si on les met effectivement en œuvre : moins de déchets, moins de pollution, moindre coût, et…création d'emplois !
Le collectif des citoyens appelle ensuite, par la voix d'Hervé à signer et faire signer les pétitions à envoyer au préfet, à rejoindre également la marche dès le samedi matin 10h à Lavérune pour rejoindre ensuite la manif à 15h à la comédie.
Le débat se poursuit... Marie-Hélène fait remarquer que la première condition est de réduire les déchets à la source : il n'est qu'à observer tout ce qui ira à la poubelle après l'apéritf, pour voir que le problème est quotidien, et de taille.
C'est bien là qu'il faut agir, et ce point fait partie de la plate-forme revendicative. On peut d'ailleurs envisager, dira André de taxer bien davantage les emballages qui ne sont pas directement recyclables, cela permettrait de diminuer notablement les déchets dont nous ne savons que faire...
La discussion continue le verre à la main, et aussi au cours du repas, apporté pour partie par les "locaux", et pour l'autre par Dominique, Tania et Lucette, qui nous proposent de la biche offerte par les chasseurs de Riols.
Une soirée militante et fort sympathique. Merci pour l'accueil si chaleureux !

[ haut de page ]