Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Commissions Alter-Déchets - 65ème réunion

Note: la réunion du 8 juillet a été annulée pour cause de diaporama à Cebenna.

salle du tennis de Riols - le 15 juillet 2004 à 21h

Echange d'infos
- Rappel des questions fréquemment posées par les élus sur le diaporama.

- Compte-rendu de la présentation du Compostage Rustique à Olargues.   lire ce compte-rendu
De nouvelles questions ont surgi sur la gestion des emplois et sur "qui va porter le projet ?"

- Par rapport au SICTOM de Pézenas, la réunion a été annulée puisqu'ils n'ont pas pu obtenir l'accord d'Agde pour l'utilisation momentanée de leur plate-forme ICPE.

- Compte-rendu de la "convocation" d'Alter-Déchets par le bureau de Patanarès.
Sylvie mentionne que Patanarès propose une réunion bureau-commission Alter-Déchets (date à établir).

- Sylvie lit un rapport sur une usine de tri/compostage : le compost sur OM brutes est aussi bon que sur fermentescibles uniquement.  à lire ci-dessous
Point sur les projets
- Présentation du diaporama
Il serait intéressant de le présenter à Bédarieux (à recontacter!), Agde, Roquebrun, Vieussan, St Chinian... et au collectif inter-associatif.

- Réflexion sur la mise en place d'un comité de pilotage sur les Hauts Cantons.

- Courrier aux élus sur la suite à donner aux rencontres diaporama
Objectif du courrier : obtenir une ou deux personnes par communauté de communes afin de travailler à une étude plus approfondie et et à la structuration du projet de plate-forme.
Ebauche du courrier: suite à la présentation de notre projet de traitement des OM fondé sur la méthode de compostage rustique, nous vous remercions de l'intérêt que vous avez manifesté. Aujourd'hui, nous vous proposons d'aller plus loin par la création d'un comité de pilotage pour le total des OM dans les hauts cantons qui serait composé d'un ou deux délégués de chaque communauté de communes, des membres de la commission Alter-Déchets de Patanarès et des citoyens intéressés. Le comité aura pour objectif de répondre aux questions posées sur le traitement de nos ordures, d'étudier de manière approfondie la mise en place d'une plate-forme de compostage, en bref de structurer ce projet apprécié de tous.

- Réunion avec le SMO du 24 juillet
Seront présents à cette réunion : le Collectif de Citoyens (à l'initiative de la rencontre), des délégués du bureau de Patanarès et Alter-Déchets.

Compte rendu de visite :
complexe de traitement, recyclage et valorisation des déchets ménagers,
solution alternative à l'incinération

Source : reseau-ecoforum.chez.tiscali.fr/associations/Rivesduvallat/vallat2.htm

Le 14 avril 2003, une délégation du collectif des Associations pour la Transparence sur le Traitement des Déchets Ménagers dans le pays de Gardanne, a visité le Complexe de Traitement de Recyclage et de Revalorisation des déchets ménagers de la Communauté urbaine Creusot Montceau à Torcy. Le Président de l'Association Les Rives du Vallat y a participé, voici le compte rendu de cette rencontre dressé par la Présidente de l'ASPF de Fuveau, Mme Michelle SPIRE, qui elle aussi participait à cette visite, en compagnie de M. Gérard GENOUX.

Les personnes qui nous ont reçus sur le site sont Monsieur Christian Panay, le responsable de la collectivité qui a élaboré le dossier et a suivi la réalisation et Monsieur Denis, Directeur actuel du site.

1- Introduction:
Ce complexe est situé dans la ZI Torcy et a été choisi par la Communauté Urbaine Creusot Montceau constituée de 16 communes d'une population de 100000 habitants en 1990 (90000 hab. en 2003), comme solution au problème des OM. Il existe en France 250 centres de tri, ou les prescriptions techniques sont les mêmes pour tous, cependant pour les déchets putrescibles 2 valorisations sont possibles, l'une la valorisation des matières, l'autre la valorisation énergétique ("méthanisation" et production de chaleur ou d'électricité).

2- Historique:
Une consultation très large a été réalisée lors de la mise en chantier de ce projet avec une enquête d'opinion réalisée par la SOFRES. A noter que la région a été aussi particulièrement sensibilisée avec les affaires de Montchanin.
L'incinération n'a pas été retenue essentiellement pour des raisons de gisement trop faible (51000 tonnes) et du refus des associations pour cette technique. Le choix avec décision unanime des élus, s'est porté sur le principe d'une collecte sélective en porte à porte avec valorisation des matières.
L'initiation de l'étude de faisabilité date de Juin 1990 et conduit à la formation d'une société d'économie mixte et à la signature du contrat en juin 1993 et à la mise en service de l'outil industriel sans test préalable en Octobre 1995. Une opération portes ouvertes juste avant la mise en fonctionnement du site avait attiré 3000 personnes. Aucun problème quant au basculement à la date donnée du système sans tri avec le système avec tri sélectif, la population ayant tout de suite adhéré à ce type de fonctionnement. La mise en place d'une 2ème équipe de tri a eu lieu en février 1996.

[...]

4- Le fonctionnement
a] La collecte:
La collecte sélective est faite en porte à porte par sacs de couleurs différentes, distribués une fois par an (12 à 13 millions de sacs), excepté pour l'habitat collectif où le mélange des OM est resté la règle. Les fermentescibles sont collectés 2 fois par semaine, les contenants ou corps creux 1 fois, les papiers cartons et les ordures résiduelles 1 fois tous les 15 jours. La collecte traditionnelle en mélange pour l'habitat collectif 2 ou 3 fois par semaine et l'habitat très isolé (fermes). La Régie de ramassage qui utilise 20 véhicules comprend 2 centres techniques d'entretien, compte tenu de l'espace à couvrir. Cela représente 550 000 km/an en transport.

[...]

... et quelques remarques issues de 7 années d'expériences de fonctionnement de ce complexe:
On peut simplifier la collecte fermentescibles car la collecte en mélange de l'habitat collectif fournit un compost d'aussi bonne qualité que celui issu de la collecte sélective fermentescibles de l'habitat non collectif.
Cela économiserait en coût collecte... mais cette évolution n'est pas faite pour l'instant.
Il est envisageable de s'occuper dans une telle structure des déchets industriels banaux (DIB), car, signe de progrès technologique et d'une prise de conscience du monde industriel, beaucoup de produits industriels très polluants (encres, …) ont disparu des DIB ces dernières années. Le fonctionnement en régie d'un tel outil industriel n'est pas conseillé.
La politique de communication avec la population est ici minimale, car aucun fléchissement dans la bonne volonté et l'engagement de la population concernée (milieu essentiellement ouvrier) pour ce mode de traitement des OM n'est constaté, l'indicateur "refus de tri" l'attestant.