Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Réunion au Siège du Parc Naturel Régional
le lundi 2 février 2004 à 17h

Arrivés à 17 h précises, nous sommes invités, Sylvie, Hervé, André et moi, Olivier, à patienter dans la salle de réunion située au sous sol du prestigieux siège du Parc. Salle voûtée, blanche, éclairée par deux fenêtres donnant sur le petit jardin à l'arrière du bâtiment. Raymond arrive, suivi de la Directrice, Sylvie Bourrust et de Pierre Derioz, Président de la Commission Valorisation des Ressources Naturelles ; plus tard arriveront Xavier et Frédéric, deux techniciens.
Sylvie, ayant préparé un dossier récapitulatif de notre historique, présente notre démarche de recherche, notre projet de plateforme, le test de compostage... et la raison de notre présence ce soir : la collecte des déchets ménagers toxiques. Tout va bien !
P. Derioz fait un récapitulatif pour lui-même, dit-il, et pour Xavier (qui devra s'excuser pour son retard).
La Directrice a compris la question : le Parc peut-il s'impliquer dans la collecte des déchets toxiques d'une façon ou une autre ?
Nous avons parlé de l'éternel problème des compétences, des plates bandes des voisins, de la période d'attentisme provoqué par les prochaines élections...
Nous avons parlé des missions qui peuvent englober le problème des déchets. Dans la charte, valable encore 5 ans, le Parc a vocation à expérimenter...
Et puis, des idées ont germé durant la réunion, le Parc parle d'une entente possible, il pourrait s'associer au test de compostage institutionnellement, il pourrait apporter une assistance pour la communication, la coordination, l'information auprès des agriculteurs par exemple, faciliter l'accès aux informations sur les expériences déjà menées sur les OM, le Parc pourrait inciter les SIVOM et Communautés de Communes à aller dans le sens de la collecte des DTM. Le Parc pourrait aller à la recherche de "matières grises reconnues" sur le sujet pour donner une autre dimension au projet.
Après mûres réflexions, il paraît possible que le Parc puisse intervenir. Avec des précautions et par voie hiérarchique.
En conclusion, nous devons rapidement faire parvenir une lettre d'intention au Parc afin que le Bureau qui se réunit ce vendredi à 9 heures puisse préparer la demande à présenter au Comité Syndical qui se réunira le 26 ou 27 février.
Comme ça, on peut penser que les choses vont aller vite. Pour un premier contact !

[ haut de page ]