Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Réunion avec Syndicat Mixte de l'Ouest Héraultais
Cazouls, le jeudi 5 février 2004 à 17h

Sont présents :
SMO : F. Pla
Alter-déchets : Raymond, Olivier, Sylvie, Christian et Marc

Mr Pla nous annonce d'emblée que M. Bozarelli ne sera pas à cette réunion.

Quelle répartition des tonnages après compostage ?
Raymond commente la présentation préparée sur l'ordinateur. Comme demandé par le SMO, tout est calculé sur 15 000 tonnes.
La collecte eco-emballage a un objectif théorique de 50%. Nous n'avons pas les chiffres réels pour les Hauts Cantons.
M. Pla dit qu'il va nous donner tous les chiffres concernant la collecte des O.M.
Il se dit en phase avec nous mais lui, aucune collecte sélective n'est vraiment efficace, donc celle des toxiques ne le sera pas non plus !

Raymond poursuit la présentation et parle du sur-tri.
M. Pla indique que l'on peut créer des CET de classe III là où l'on veut, un arrêté du maire suffit.
Raymond insiste sur la collecte des toxiques.
M. Pla nous dit qu'il y en a déjà une (dans les déchetteries).
Olivier : ça ne suffit sûrement pas !.

Raymond poursuit la présentation.
M. Pla demande le prix de revient de "la mécanique". Il dit que, sur la plate-forme, il faut compter 20 000t.
Raymond indique que l'on peut faire un calcul d'investissement.
M. Pla : à 30 000t à traiter sur 4 ans, c'est incompressible.

Sylvie indique que ce qui coûte le plus cher, ce sont les salaires mais M. Pla n'est pas d'accord.
M. Pla : il faut d'abord savoir si on le fait ou pas. Il faut une simulation en prix de revient. Sur le tonnage, c'est correct, on est d'accord à 1% près.

M. Pla indique que des crédits ont été votés pour des études.
Sylvie demande si c'est pour le test de Hansch ou pour la torche à plasma.
M. Pla précise qu'ils attendent des études hydro-géologiques à Rosis.
Les crédits d'étude s'élèveraient à 20 090,91 €.
Sylvie demande si c'est pour ces seules études à Rosis.
M. Pla indique qu'il y a aussi 10 000€ supplémentaires de prévus ce qui fait 30 000€ à se répartir pour les tests.
Nous demandons s'il y aura d'autres subventions.
M. Pla indique que M. Mesquida est d'accord pour subventionner le test (promis-juré !).

Et du Conseil Général ?
Mr Pla nous dit que c'est à nous de demander.
Nous pensons que non puisque c'est le travail du Syndicat de s'occuper des déchets et de trouver des solutions intelligentes.
Mr Pla propose de les appeler puis il nous parle de l'article de G. Frêche sur le Midi-Libre. Il nous dit aussi qu'ils attendent les premières études pour Rosis.
Il nous demande à combien nous sommes en prix (il n'y a que ça qui l'intéresse).
Nous : pas plus cher que la SITA et beaucoup mieux.
M. Pla : surtout que la SITA en 2005 devra se mettre aux nouvelles normes et ça coûtera plus cher.
Sylvie : et, comme ils auraient le monopole, .....

Nous expliquons alors le concept du "zéro décharge" avec une réduction à 25% de l'entrant par compostage puis une mise en balles du refus après sur-tri du recyclable (on a vraiment l'impression de répéter dans le vide).

M. Pla demande s'il peut y avoir une rotation du gros matériel.
Bien sûr, ce serait l'idéal de le faire tourner sur trois ou quatre plates-formes.

M. Pla indique qu'il reste 40 000t. En fait, 30 000t après eco-emballage. 30 000t pas plus.
Sylvie demande s'il connaît le prix d'une plate-forme.
M. Pla : l'ensemble de Rosis, c'est un investissement de 35 MF, CET + unité de stabilisation.
Nous : mais combien ça coûte en exploitation ?
La plate-forme sera financée par le SMO.

Nous rappelons le problème du transport et indiquons qu'il faut une plate-forme en bas, sous-entendu "dans notre vallée" mais M. Pla pense "dans la plaine", ce sera difficile de lui faire comprendre nos arguments.
M. Pla nous dit que ni Pézenas ni Roujan ne sont dans le SMO.
Sylvie précise que nous ne voulons pas de plate-forme à côté d'un CSDU. Il serait trop tentant de faire l'impasse sur une partie du compostage.
Si Rosis se faisait, que se passerait-t-il lorsque le site serait plein ? Il faudrait bien trouver des solutions autres. Autant les mettre en oeuvre tout de suite.
M. Pla : OK mais, à Rosis, nous faisons les études préliminaires.
Sylvie : les études du Pavé semblent claires, non ?

Elle raconte alors que nous avons eu un rendez-vous avec le Parc pour être partenaire dans le test de compostage et la collecte des toxiques.

M. Pla : il faut un partenariat officiel avec Patanarès et voir sous quelle forme on peut confier le mode de gestion de la plate-forme à l'association.
Il précise que, dans les 30 000€, il y en a 10 000 pour l'expertise de la torche à plasma (on y vient !). Il en reste donc 20 000€ pour les tests (pour Hantsch ?).
Le vote aura lieu au mois de mars. On aura une lettre nous indiquant la somme qui nous serait allouée.

M. Pla nous dit de faire une demande de subvention auprès de M. Mesquida (à quel titre ?).
Il veut le prix de la tonne en traitement et il le fera passer au Conseil Général.

Sylvie demande si le test est possible sur la plate-forme d'Agde.
M. Pla : c'est pas évident. Il faut voir le SICTOM de Pézenas : M. Cros qui est vice- président du SICTOM et vice-président du SMO ou M. Vogel-Singer, Maire de Pézenas, qui est le président du SICTOM.

Sylvie demande s'il y a une procédure pour demander une révision du plan départemental.
M. Pla indique qu'il faut saisir le préfet et bientôt le département.
En 2005, il y a une loi qui interdira l'enfouissement des déchets non traités.
Pour le vote du SMO, c'est M. Pla qui prépare le dossier. Il faut le prix de revient de la tonne à valider après essai.
Ne pas oublier dans les calculs qu'on compte actuellement une ristourne de 2€/t pour les collectivités qui accueillent.
M. Pla nous dit de donner un dossier complet au SMO qui le reprendra à son compte et demandera en son nom la subvention au Conseil Général.

La prochaine réunion est prévue le jeudi 4 mars à 15h.

[ haut de page ]