Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Réunion au SICTOM de Pézenas
à Pézenas, le jeudi 6 mai 2004 à 15h

Sont présents :
SICTOM
M. Richard, Directeur technique du SICTOM
M. Cros, vice Président du SICTOM

Association PATANARES
Marcel Caron
Commission Alter-déchets
Raymond Sabat
Sylvie Cerni
Marc Bricard


La réunion a lieu dans les locaux de la société Delta-Recyclage car les bureaux du Sictom sont en travaux.
Un petit dossier présentant le Sictom a été préparé pour chacun d'entre nous.

Le Sictom a été fondé en 1976.
La collecte est en régie sur 35 des 36 communes car la ville d'Agde a un contrat avec Nicollin jusqu'en 2005.

Le contexte touristique
Le SICTOM de Pézenas se caractérise par une problématique saisonnière : 550 t/jour en été- 150 t/jour en hiver
L'an dernier, le SICTOM a traité 54 000 tonnes d'ordures ménagères, dont la moitié est collectée en juillet et août (tourisme oblige!). Les OM de l'été sont mises en balles pesant entre 750 et 800 kg qui sont stockées sur la plateforme de l'ancien incinérateur.
Deux camions vont être expérimentés avec un système de pesée des bacs pour calculer le poids des OM générées par les campings (20 000 emplacements).
Un CSDU à Bessan permet de stocker les encombrants. Un autre est en cours de procédure à Roujan, également pour les encombrants.
Par ailleurs, huit centres de traitement accueillent les inertes.

La collecte sélective
Il y a maintenant 4 ans, le pari a été pris de la proximité et du recyclage.
Sur les 35 communes, la collecte sélective se fait en porte à porte, par bacs individuels jaunes équipés de puces électroniques. Le suivi de la collecte peut se faire au bac près.
Les agents de collecte ont des consignes de vérification du tri.
Lors d'un défaut de tri, la personne qui s'est trompée dans son tri est contactée soit par téléphone, soit directement, soit par courrier.
Le refus de tri à l'arrivée ne représente plus que 4% du total, ce qui est peu.
M. Richard nous parle alors du suivi pour les gens qui ne sortaient jamais leurs bacs jaunes.
Sur les quelque 150 repérés au départ, seule une trentaine de personnes ne sortent toujours pas leurs bacs après une campagne assidue d'information.
L'an dernier, leur taux de collecte sélective était de 3000 t soit 55 kg/h, le verre représentant 30 kg/h. Par doublement du nombre des bacs à verre, ils ont obtenu le doublement des quantités sur cette collecte.
Les ripers ont tous le permis poids-lourd afin de pouvoir tour à tour conduire les camions.
Les ambassadeurs de tri ont une formation poussée. Certains sont électroniciens ce qui leur permettent de réparer les problèmes du système des puces. Ils ont souvent eux aussi le permis poids-lourds.
Lorsqu'il y a une diminution des refus de collecte, le SICTOM procède avec les élus de la commune où cela a eu lieu à une caractérisation des recyclables afin de voir si les gens trient mieux ou si les ripers sont moins stricts.
Les matériaux collectés sont traités par Delta-Recyclage, une société dont plus de 90% du capital est détenu par les fondateurs. Elle est basée à Pézenas et emploie 30 personnes. Son taux de saturation est de 6000 t.

Les déchets verts
Sur Pézenas, le SICTOM est équipé d'une aire de stockage et de broyage des déchets verts.
Il y traite 15 000 t de déchets verts par an soit 100 000 m3 qui sont broyés sur place puis envoyés à Pignan pour compostage. Mais, depuis cette année, le broyat intéresse directement les agriculteurs, aussi n'y a-t-il presque plus rien à composter.

Le fonctionnement
Le SICTOM a un tradition de régie. Il emploie 154 agents pour un budget de 15 millions d'euros.
Le marché des 30 000 bacs à puces s'élève à 2 millions d'euros.
Le SICTOM travaille beaucoup la communication et emploie pour cela 6 personnes.
Le but est d'agir sur les comportements pour maîtriser l'augmentation des coûts.
Jamais il n'est dit que le tri permettra de baisser les coûts de collecte des OM , cela permettra juste d'en limiter les augmentations.

Les partenaires
Le SICTOM rencontre les associations de protection de l'environnement une fois par an pour information et participe à l'opération BRIKADO qui collecte les briques alimentaires dans les écoles.
Le SICTOM, lorsqu'il en aura le temps, veut travailler sur la réduction des déchets à la source.
Le SICTOM de Pézenas donne 170 000 euros par an au SMO mais ne lui a pas confié sa compétence en matière de traitement des déchets.

Le diaporama Alter-Déchets
Raymond au tableau papier, Sylvie à l'ordinateur et au vidéo projecteur.
Après la présentation, M. Richard propose de nous aider à obtenir l'accord d'Agde pour que nous fassions le test de Compostage Rustique sur leur plateforme après évacuation de la surcharge de l'été.
Il continue de nous décrire avec passion le SICTOM et son fonctionnement. Il est intarissable sur le sujet.
Au tout début de la mise en place du tri, il aurait voulu mettre en place en premier lieu la collecte des fermentescibles mais les élus ont préféré la collecte Eco-emballage qui est davantage subventionnée.
Il nous raconte des anecdotes sur la distribution des bacs individuels et les réticences des habitants, sur la mise en place - en cours - de la collecte sélective dans les campings...
Déjà 19h ! Nous n'avons pas vu passer le temps !

A interlocuteurs passionnés, après-midi passionnante !

[ haut de page ]