Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Le CDH dit oui : Patanarès scandalisé !

lire le communiqué du 25 avril 2003

[ La presse ] [ Vos coups de gueule ] [ L'avis du CDH ]

Jeudi 24 avril : le Conseil Départemental d'Hygiène s'est prononcé pour le projet de la SITA Sud !
Pourquoi la contre-expertise, la visite sur le site, le temps supplémentaire d'études, promis par le sous-préfet, ont-ils été refusés ?
Comment un avis d'une telle importance peut-il être pris avec 8 voix pour, 7 voix contre, alors que 9 personnes n'ont pas siégé ?
Comment pouvons-nous accepter ce simulacre de démocratie ? Comment s'étonner après cela, du désintéressement des électeurs lors des consultations électorales ?
Comment les services de l'Etat peuvent-ils approuver un projet dont nous avons démontré les mensonges et les incohérences ?
Pourquoi, oubliant les leçons de l'histoire (sang contaminé, vache folle...), mépriser à ce point le principe de précaution ?
Comment, en 2003, année de l'eau, les populations et les élus pourraient-ils accepter un projet qui met en péril les aquifères régionaux et qui, avant même d'être réalisé, est hors la loi et ne respecte ni le plan départemental, ni le cadre légal national, ni les directives européennes ?
Pourquoi le service public donnerait-il le monopole du traitement des déchets à une société privée qui fait montre d'une telle légèreté face aux lois ?
Des alternatives existent : le Syndicat Mixte de l'Ouest propose des solutions de proximité, respectueuses de la population et de l'environnement, moins chères que le tarif imposé par la SITA.
Nous pouvons montrer à tous, les mensonges, incohérences et insuffisances du dossier de la SITA-Sud.
Monsieur le Préfet Idrac connaît tous nos arguments. Comment pourrait-il prendre la responsabilité d'une décision favorable au projet SITA ?

Nous sommes tous concernés par cette faillite démocratique. Nous n'hésiterons pas à nous opposer par une non-violence active et par voie de justice à ce projet irrecevable. Nous proclamons notre résistance légitime et indispensable pour notre vie de citoyens responsables.
 

Avis favorable pour la décharge de Riols
Brève parue dans La Dépêche du Midi le 27 avril 2003

Après les conclusions favorables consignées par le commissaire enquêteur à la suite de l'enquête publique concernant le projet de décharge sur le site de "Tanarès" à Riols, c'est au tour du comité départemental d'hygiène de l'Hérault de se prononcer dans le même sens.
Cette instance s'est réunie jeudi à Montpellier : huit membres ont voté pour, sept contre et deux votants se sont abstenus.
Plus aucune embûche administrative ne vient désormais faire obstacle à la réalisation du projet.
Ces décisions successives ne doivent pas vraiment ravir les opposants au projets, lesquels se prépareraient à passer la vitesse supérieure dans la contestation. On évoque une grande manifestation à Montpellier ainsi que divers recours devant le tribunal administratif.
L'affaire n'est donc peut-être pas encore bouclée.

Patanarès prône une résistance légitime
Brève parue dans Midi Libre le 27 avril 2003

Jamais deux sans trois ? Après les avis favorables du commissaire enquêteur et de la commission départementale d'hygiène qui n'a toutefois donné son aval que d'extrême justesse, les élus et populations du Saint-Ponais redoutent que la troisième décision - incombant au préfet ldrac - soit également favorable à Sita Sud et à son projet de décharge à Patanarès.
Dans la région où des voix unanimes s'élèvent "pour crier au scandale et à un simulacre de démocratie", on a proclamé "une résistance légitime". Pour marquer de façon visible leur opposition au projet de Centre d'enfouissement des déchets, les élus de la vallée du Jaur, ceints de leur écharpe tricolore, pourraient se rendre en cortège à la préfecture de l'Hérault.  

Vos coups de gueule

Le Comité Départemental d'Hygiène a donné un avis favorable au projet Sita Sud à Tanarès.
8 voix pour - 7 contre - 2 abstentions.

Nous ne doutons plus que Monsieur le Préfet Idrac va donner un avis favorable ; de toute manière, telle a toujours été son intention à tel point qu'il n'a même pas étudié le dossier et ses alternatives.
Le Préfet Idrac, le Sous Préfet Koegler et les administrations à la botte du Préfet se font les complices des magouilles, trucages, irrégularités, approximations et aberrations du dossier Sita sans aucun état d'âme sur les pollutions à venir de la nappe aquifère patrimoniale karstique et des eaux du Jaur et de l'Orb (et ceci l'année de l'eau... un comble !)
Bravo messieurs ! Où sont vos contre-expertises promises ? Vous bafouez votre devoir de protection des populations en n'appliquant pas le principe de précaution, vous bafouez la Démocratie et la République.
Cela n'est pas sans rappeler l'affaire du sang contaminé où des associations avaient alerté les pouvoirs publics... en vain. On connaît la suite mais n'oubliez pas que vous serez responsables et donc condamnables. En attendant, nous ne désespérons pas de vous voir désavoués par les tribunaux... si la justice est encore indépendante !?
Rémi Musard, apiculteur
Billet d'humeur (mauvaise)

Le Conseil départemental d'Hygiène s'est prononcé par une voix de majorité, en faveur du projet de centre d'enfouissement de déchets de Tanares.
L'administration a accepté de couvrir les falsifications, mensonges et dissimulations de SITA SUD. Les préconisations de bon sens du sous-préfet, contre expertise et visite du site par les membres du C.D.H, ont été rejetées. Serait-ce trop révolutionnaire de prendre les décisions en connaissance de cause ? Si cela se passait ailleurs, on parlerait de république bananière.
Deux maires étaient absents, ainsi que leurs suppléants ! Un siège au CDH n'est pas un titre honorifique, c'est une charge librement acceptée, et un élu se doit de remplir son mandat !
De même on peut être inquiet pour les truites du Jaur, elles ne peuvent même plus compter sur les pêcheurs pour les défendre !
Heureusement que le temps où la Lyonnaise des Eaux, grande sœur de Sita, toutes deux filles de Suez, régnait en maître sur l'eau au robinet et le vin en pot, est totalement révolu.
Jean Sabench, maire adjoint de Riols

[ haut de page ]