Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
télécharger ce texte

[ précédente ] [ retour au sommaire ] [ suivante ]

Les lixiviats dans le projet Tanarès
synthèse de Mme Dubois, pharmacienne, d'un document très technique et volumineux transmis par M. Joël Azéma


Les textes réglementaires du 11 mars 1987 donnent des instructions techniques concernant ces lixiviats.

1. Etude du site

A- Aspect géologique et hydrogéologique
Etudes approfondies doivent prouver que le site est imperméable ? non prouvé
Position des nappes aquifères non vulnérables ? source juste sous le site
Mesure de la pluviométrie étudiée très sérieusement ? pas sur zone éloignée comme Courniou
Evolution des lixiviats non étudiée au cours de la vie de la décharge
Ruissellements impossible à évaluer de manière fiable dans un site en vallon
B- Imperméabilisation du site
Difficultés dûes au relief
Géomembranes garanties ne vont pas au-delà de 20 ans et résistent mal au poinçonnement
Pentes doivent être faibles pour éviter le phénomène de tassement
C- Drainage de fond
Doit résister à la pression des déchets ? Etudes à ce sujet ?
Cas d'arrivée d'eaux parasites non prévues, galeries latérales, fortes pluies

2. Lixiviats en particulier

A- Evolution des lixiviats déterminée par les apports mais évolution au cours de la vie de la décharge non étudiée.
Vieille décharge plus difficile à traiter car pollution minérale augmentée ? pas d'étude à ce sujet

B- Teneur en eau ne doit pas dépasser 1m au fond (norme officielle)
? comment le niveau est-il mesuré ?
? comment le pompage est-il assuré si excès ?
? que se passe t-il quand la décharge sera fermée ?
? quelles mesures sont prévues en cas de fortes pluies ?
? rejets toxiques non mesurés sur la faune, les espèces protégées, la flore, sur la nappe phréatique. Que se passe t-il en cas de contamination bactériologique ou minérale ?

C- Les textes prévoient des contrôles à niveau 0 sur la nappe phréatique

D- Lixiviats pompés à quelle cadence et stockage dans quelles conditions ? En dehors du bassin, pas d'explication. Où vont ces lixiviats ?

E- Entretien des fossés et propreté du site pour empêcher l'apport d'eaux extérieures après fermeture ? Assuré comment et par qui ? Les lixiviats seront-ils encore pompés ?

3. Traitement des lixiviats

Collectés à quelle régularité pendant l'exploitation ?
Si les bassins restent plusieurs jours sans vidange ? odeur nauséabonde
Après exploitation, à quel rythme seront-ils stockés ?
Si stockage de platras et de déchets de démolition avec ordures ménagères, les microorganismes du cycle de Soufre provoquent des odeurs très fortes.
Où sont les usines de retraitement des lixiviats ?
Estimation de la mesure de l'eau dans les déchets arrivant détermine la quantité de lixiviats. Sera-t-elle effectuée ? Si déchets trop riches (ex : boues d'épuration), seront-ils refusés ?

4. Prévention pour réduire les entrées d'eaux au maximum

Les instructions techniques du 11/03/87 prévoient un remblayage en casiers délimités par des digues qui permettent le confinement des déchets.
La zone en exploitation se réduit alors à un seul casier à la fois.
Le traitement des déchets doit être fait à l'arrivée pour éviter les apports hydriques trop importants.

5. Conclusions

Il semblerait Monsieur le Commissaire-enquêteur que de nombreux points imposés par les instructions des normes techniques officielles ne soient pas respectées et entraînent un risque accru de contamination.

[ haut de page ]