Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ précédente ] [ retour au sommaire ] [ suivante ]

SPELEO-CLUB de la MONTAGNE NOIRE et de l'ESPINOUZE
Claude Raynaud - Instructeur F.F.S. - Membre d'honneur de la F.F.S.
Ancien président de la commission pour la protection des cavernes et du Karst

Jeudi 19 décembre 2002
Objet : Enquête publique Site de Tanarès (34)

Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Suite à l'enquête publique, déposée en mairie de RIOLS, et que vous êtes chargé de diligenter, j'ai pris connaissance de la partie (contradictoire, NDLR) géologique et hydrologique. Elle m'a paru très bien faite mais comporte à mon avis quelques lacunes en ce qui concerne la zone des calcaires et dolomies dévonniennes à l'est du projet d'implantation du site (site de Tanarès).

Les trois clubs de spéléologie, le Spéléo-Club de la Montagne Noire et de l'Espinouze, le Spéléo-Club de Béziers et des Avants Monts et le Spéléo-Club de Saint-Pons, ont longtemps travaillé sur cette bande calcaire fortement karstifiée, qui va de Saint-Pons au hameau d'EUZEDES.

Pour notre part, nous venons de faire une importante découverte à l'ouest d'Euzèdes, en mettent en relation l'aven CAUDINE-BASCOUL, ou aven d'Euzèdes, avec la grotte de Berbiau. Les deux réseaux qui n'en font qu'un, contiennent dans leurs vastes galeries d'importantes réserves d'eau que le plongeur spéléo Frank VASSEUR a en partie topographiées.

Dans le passé, le Spéléo-Club de Saint-Pons a signalé et publié une intéressante cavité, la grotte de Rochéba en dessous du PLO de BELLEGARDE dans laquelle circule un ruisseau souterrain actif formant à sa sortie dans le ruisseau de CASSILLAC une résurgence pérenne.

Le Spéléo-Club de BEZIERS et des Avants Monts a, pour sa part, exploré les grottes de MARSO, très proches de la zone du projet TANARES. Dans ces cavités, il a signalé des regards sur une nappe phréatique profonde non explorée (en plongée) à l'heure actuelle.

Le Spéléo-Club de BEZIERS et des Avants-Monts a également découvert et exploré la grotte du Ravin Mort entre BOUISSIERES et le PECH des TRIDES ; dans cette grotte les galeries de vastes dimensions se terminent toutes par des siphons, qui ne sont pas des "laisses d'eau" mais des ouvertures sur la nappe phréatique sous-jacente.
J'ai l'intention, Monsieur le Commissaire, de vous envoyer un texte plus complet avec une carte de situation de ces différentes cavités.

Le Conseil Général sera, je pense, sensible au fait que les Spéléologues, gens réservés et peu bavards, peuvent mettre à sa disposition une étude approfondie de cette zone qui ne pourrait qu'être profondément affectée et polluée par la décharge importante prévue dans le projet malgré les précautions prises pour assurer son étanchéité.

Les ruisseaux et les nappes phréatiques sont encore mal connues. l'étude de leurs circulations demanderait de nombreux traçages que les Spéléologues n'ont pas encore pu effectuer faute de temps et de crédits suffisants. Totefois, un simple regard sur la carte géologique nous indique que les circulations se font en général Nord Est - Sud Ouest et quelquefois Nord - Sud en fonction de la fracturation. L'alimentation des réseaux se fait à partir des schistes, des grès et des quartzites qui, tout en étant imperméables, sont fortement plissés et fracturés par la tectonique (conjonction de deux nappes de charriage) et constituent des réservoirs d'eau considérables, non négligeables dans une région où la pluviosité peut être importante (fortes précipitations du marin).

Disons pour terminer que toutes les cavités ci-dessus mentionnées sont, pour les chiroptères(*) de notre région - les huit espèces protégées cavernicoles y sont représentées - des lieux de refuge, d'hibernation et de reproduction.

Veuillez agréer, Monsieur le Commissaire, l'assurance de mes sentiments respectueux.
Claude Raynaud
(*) chauves-souris et autres,NDLR

[ haut de page ]