Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
télécharger ce texte

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Contribution technique : biogaz
Raymond Sabat, Technicien en Rudologie,science des déchets

En 2024, la décharge émettra 10 Millions de m3/an de biogaz. Ce biogaz est un mélange de méthane et de gaz carbonique généralement dosé, en volume, à 50/50 pour le rapport CH4/CO2.
Le problème est le taux de récupération de ce biogaz car si l'aspect quantitatif (volume de gaz émis...) est important, l'aspect qualitatif ne doit pas être occulté puisque les gaz, les diverses vapeurs et poussières n'ont pas la même valeur devant l'effet de serre.
En particulier, l'impact du méthane est 40 fois plus fort que celui du gaz carbonique.

La décharge de Tanares aura donc le grand tort d'émettre pendant des décennies du méthane avec un pic de pollution de 1,5 millions de m3/an en 2024.
Si on peut considérer que le CO2 émis sur le site (fraction contenue dans le biogaz non récupéré et production des torchères) participe du cycle normal du carbone, il n'en va pas de même du méthane qui dans le procédé employé ici introduit une surcharge au point de vue de l'effet de serre. Le durcissement permanent des lois et réglements liés à l'environnement fait que les émissions de méthane (au même titre que les NOx, CFC...) seront taxées. Il en sera de même pour le carbone fossile (pétrole, charbon, GPL, gaz naturel, lignite...).

A son pic de pollution en 2024 la décharge de Tanarès sera donc aussi une bombe financière, d'autant plus que le système de collecte du biogaz est souvent mis en péril par l' instabilité de la matière à l'intérieur des casiers.

Il faut d'ailleurs ajouter le biogaz émis par les lixiviats et lessiviats.
En effet il est impossible d'oxygéner en permanence les volumes annoncés et les fermentations anaérobies seront inévitables...

Cela fait beaucoup et je crois que devant de tels errements les responsables doivent s'engager personnellement et la population, à travers débats, informations, et référendum d'initiative populaire se prononcer.
Des alternatives réalistes et responsables devant un problème que nous ne fuyons pas (celui de nos déchets) sont à élaborer.
On peut pour cela s'appuyer sur des expériences réelles comme l'installation du tri sélectif sur le quartier de La Crouzette à Béziers.(Lauréat des sites pilotes EcoEmballages en ...1993) ou le projet de tri sélectif sur St.Julien d' Olargues (Lauréat des sites plombés par le facétieux Mr. X en...1994).

Il serait sans doute utile dès maintenant de créer des chapitres de travail :
- Définition de notre "pays de déchets" dans la zone Ouest (je propose l'axe Saint Pons/Bédarieux),
- Maitrise et Stabilisation de la Matière Organique par compostage,
- Les transports.
- Les lixiviats et lessiviats,
...