Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
ico télécharger ce texte

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Les géocomposites, quelle garantie ?
De Villette Gustave électromécanicien (bac pro msma )

Les géosynthétiques utilisés sont à l'origine destinés aux retenues de fluides tels que les eaux, les acides , les hydrocarbures; seulement, il y a des géocomposites différents pour chaque produit.
Dans le cas qui nous concerne , ce sera pour stocker des déchets ultimes (solides).
Ce type de stockage est une extension des champs d'application des géocomposites ainsi les géocomposites ne sont pas exactement compatibles . Or, dans le dossier, on peut lire qu'ils feront partie d'une des deux grandes familles : PE ou PVC-P. Le PE a été retenu . Pour quelle raisons ?
Pour des caractéristiques qui ne sont pas mentionnées ou mal.
Les fluides se comportent d'une façon uniforme sur toutes les parois (pression).
Ainsi la pression est répartie sur toute la surface du bassin de stockage (assise du bassin) alors que, dans le cas qui nous concerne, nous n'avons pas de recul : si un bassin d'acide est abîmé, on le vide et et on change la géomenbrane, alors qu'une fois les déchets posés, on ne peut pas les enlever (donc risque de fuite)
Les risques sont dus à la présence d'un grand nombre de composés chimiques tels qu'on les trouve dans les boues des station d'épuration de la vallée du Thoré (Mazamet), par exemple plomb, chlore et des solvants industriels (trichlore, etc). Ainsi, dans les déchets ménagers, on peut trouver des combustibles et des acides [ tableau essais ]. Je ne suis pas chimiste, mais tous ces produits risquent d'endommager la géomembrane à court ou à long terme (50 ans, c'est long!).
Je ne suis pas non plus ingénieur, mais le système par cellules me semble un risque pour l'ouvrage .
Une fois compactés, il y aura une grande charge sur une partie de l'ouvrage (base des cellules), ce qui risque de déformer la géomenbrane qui n'a pas de norme actuellement : il est écrit qu'il y aura un coefficient de 10 % d'élasticité. Cela suffira-t-il ?
De plus, les geocomposites existent depuis les année 1980 , donc a-t-on assez de recul pour le site qui nous concerne ?
Il y a plusieurs points importants à propos des géocomposites :
- résistance à la charge
- ....à l'étirement
- ....à la déchirure
- résistance chimique
- résistance à la température : les déchets ménagers, en se décomposant, créent de la chaleur, donc les paramètres de choix ne sont pas forcément les mêmes pour choisir les géocomposites pour les centres de stockage de déchets ultimes.
Les fabricants garantissent pour une période de 5 à 10 ans selon la qualité et le fabricant [ exemple ]; donc si le fabricant garantit son produit pour 10 ans, qui peut garantir que ces géosynthétiques résisteront pendant plus de cinquante ans ? (la SITA, bien sûr !) .
Donc ce système représente un risque, risque non négligeable pour la santé et pour l'environnement ; risque de contamination des nappes d'eaux souterraines qui sont importantes dans la zone de St Pons et pour un futur proche vu le manque d'eau potable et l'explosion démographique de la région.
Vu l'ensemble des risques, je suis défavorable au projet de la société SITA SUD

[ haut de page ]