Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
télécharger ce texte

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Irréversibilité du projet
Raymond Sabat, Technicien en Rudologie, science des déchets

Dans le document précédent, j'indiquais que, ne pouvant échapper au durcissement et à l'extension constants des lois (européennes!) et règlements, la SITA devrait, à terme, payer des "droits à polluer" énormes. Ce constat plombe financièrement le projet. On peut d'ailleurs se demander qui va assurer cette bombe financière, et à quelles conditions.

LA BOMBE DE L'IRRÉVERSIBILITÉ.

Irréversibilité.chim. Se dit d'une réaction qui se poursuit jusqu'à l'achèvement et qui n'est pas limitée par la réaction inverse (Petit Larousse Illustré).

Le vice de fond, conceptuel, de ce projet me semble en être l'irréversibilité.
En effet si un ensemble de contraintes nous oblige à changer de cap que ferons nous de 2 millions de tonnes d'ordures pourrissantes en 2024?. Nous attendrons que Dame Nature, à sa façon, règle, pendant des décennies, des problèmes que nous aurons accumulés!

Cela veut dire que nous nous ligotons totalement.

Le caractère irréversible est dû à l'ensemble des réactions biochimiques qui se développent, à l'abri de l'air, et ce jusqu'à la minéralisation finale de la totalité de la matière organique (liée à la biomasse).
Les indications sont claires: "peu, moyennement, fortement fermentescibles" sur 88% des apports, ce qui signifie que nous avons là des O.M. (ordures ménagères) quasi brutes. Adieu collectes sélectives vertes, compostage, stabilisation organique des refus!...un problème de moins (et beaucoup d'autres à venir).
Au minimum 700 000T d'organiques n'ayant subi aucun traitement préalable de stabilisation avant mise en décharge. Il s'agit donc bien d'une mise en décharge d'O.M.(quasi) brutes et non d'un dépôt en CSDU.

LA BOMBE DES D.T.M.? La quantité phénoménale de matières organiques montrent clairement que les collectes sélectives "vertes" ne sont que très mollement envisagées, ce qui inaugure vraiment mal une collecte autrement difficile (et coûteuse): celle des D.T.M. (Déchets Toxiques des Ménages). Sur la base de 2%, cela donne 40 000 T à l'horizon 2024. La bombe des DTM?.