Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

à Monsieur le Recteur de l'Académie de Montpellier
texte unanime du Personnel du Collège du Jaur de Saint-Pons de Thomières

Saint-Pons, le 17 février 2003

Monsieur le Recteur,

Le projet d'installation d'une décharge géante de déchets ménagers ultimes au lieu-dit TANARES près de Saint-Pons a reçu un avis favorable du Commissaire d'Enquête. Or, cette décharge doit recevoir des déchets non pas inertes, mais fermentescibles, ce qui entraînera la production de bio gaz partiellement toxiques et nauséabonds.

*** 70 % de ces bio gaz seront brûlés dans des torchères. Les gaz de combustion produits sont considérés comme peu agressifs, mais deviendraient très toxiques (rejets, entre autre, de dioxine) en cas de dysfonctionnement.

*** 30 % de ces bio gaz (3 millions de m3) ne seront pas récupérés et donc seront lâchés tels quels dans l'atmosphère.

*** Enfin, les ingénieurs de la société SITA SUD chargés de l'exploitation ont admis des risques d'explosion ou de combustion interne avec rejets de gaz très toxiques (occurrence :une ou deux fois par an).

Or, notre collège se trouve à moins de deux kilomètres du site envisagé, sans qu'aucun obstacle l'en protège (on voit très bien le site de Tanares depuis le collège), et au Nord-Ouest de celui-ci, autrement dit exactement sur le trajet du vent marin; ce qui veut dire qu'un jour sur trois en moyenne, le collège sera exposé directement aux rejets de gaz plus ou moins toxiques et en première ligne en cas d'accident sur le site.

Il nous semble insensé de laisser fonctionner un établissement d'enseignement avec plus de 200 élèves, dont 32 internes, dans ces conditions. Nous vous demandons donc, au nom du principe de précaution, d'intervenir auprès des services de l'Etat compétents pour que ce projet n'aboutisse pas.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Recteur, l'expression de nos sentiments dévoués.

Tout le Personnel du Collège du Jaur

[ haut de page ]