Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Tarn : Attaques contre Tryfil et les services publics, ça suffit !
Communiqué des Verts du Tarn reçu par mail le 14 février 2004

Depuis trop longtemps déjà, les observateurs attentifs à la question des déchets s'étonnent de l'ostensible mauvaise disposition de la préfecture du Tarn à l'encontre de Tryfil, le syndicat public départemental d'élimination et de valorisation des déchets ménagers, soumis d'autre part à une intense pression de la part de son concurrent, et fournisseur, privé la Coved, filiale de Bouygues.

Ainsi,
- retards dans l'attribution de crédits publics nécessaires au plan d'équipement de Tryfil, avec pour effet un renchérissement de ses coûts de fonctionnement pour raison de sous- traitance (sur cette question du coût réel de Tryfil, il est quelques vérités bonnes à rappeler : 50% du budget de fonctionnement* actuel de Tryfil part directement dans les poches de la Coved sous forme de délégation de service public.)

- inégalité manifeste de considération publique apportée par la préfecture au procédé "Bioferm" de la Coved (qui à notre sens est l'arbre pseudo écolo qui cache la forêt de l'enfouissement massif) au détriment du procédé de compostage-méthanisation, plus écologique, et à terme plus valorisant, que propose Tryfil dans le respect du plan départemental.

- attaques incessantes et sur tous les toits, depuis la préfecture, contre Tryfil et son Président, sur l'air de "Tryfil va dans le mur" alors même que l'attitude hostile de la préfecture nous semble cause principale des retards pris par Tryfil (à titre d'exemple : le commissaire enquêtant actuellement sur la demande de la Coved à Saint-Sulpice n'avait même pas été informé par la Préfecture qu'il existait déjà un syndicat départemental... Incroyable mais vrai !)

- attaques idéologiques du Préfet lui-même contre les services publics, dont il prophétisait récemment** la disparition dans les dix ans, et pour qui cette expérience, qu'est Tryfil, de mutualisation des coûts citoyenne, et qui plus est écologique, semble manifestement insupportable.

- absence, depuis plusieurs mois, de réponse à la demande qu'a déposée Tryfil d'extension de son site de stockage de Saint-Benoit-de-Carmaux - quand dans le même temps la Coved voyait sa demande similaire prise en compte, et une enquête publique vite diligentée à Saint-Sulpice, malgré l'opposition de la population et de la municipalité - un aléa organisé qui oblige Tryfil à sous-traiter un peu plus.
Le "plan" culmine avec le scandaleux courrier préfectoral envoyé à Tryfil ces jours-ci, osant leur reprocher de ne pas bien faire leur travail et, soi-disant dans l'intérêt public, se proposant d'appeler fort opportunément la Coved à la rescousse, et ce alors que Tryfil avait déjà lancé un appel d'offre pour faire face à ses besoins ponctuels de stockage.

Alors, une seule question s'impose : pour qui roule la préfecture du Tarn ?
Pour le service public, qu'elle est censée défendre, au nom justement de l'intérêt public ?
Ou pour les puissants intérêts de la Coved, laquelle vient de se fendre d'une récente campagne publicitaire tendant à se présenter comme des "créateurs d'harmonie" faisant travailler "120 compagnons" alors qu'elle n'est en vérité qu'une multinationale aux dents longues, aux moyens considérables et aux méthodes et objectifs bien éloignés de l'esprit du compagnonnage ?

Alors que les élections cantonales approchent, nous voulons mettre en garde les électeurs tarnais contre l'aventure qui consisterait à confier le département du Tarn à une majorité de droite qui casserait tous les services publics, et en particulier les services de l'environnement, au seul bénéfice d'entreprises privées dont on a bien vu par ailleurs de quoi elles étaient capables avec le prix et la qualité de l'eau.

Face à l'appétit de la Coved et de ses amis politiques, face à la posture défiante de la Préfecture, et vu l'attentisme de certains élus de gauche, nous attendons de nombreux éclaircissements de la part de Monsieur le Préfet Sapède, mais aussi de la majorité départementale une attitude plus combative et volontariste dans la défense de Tryfil, qui doit continuer son développement pour parvenir à des objectifs d'excellence en terme de qualité écologique et économique... Dans l'intérêt public des tarnais !

* source : Observatoire Départemental des Déchets
** source : Réunion des Maires du Tarn du 17 janvier 2004 à Graulhet

[ haut de page ]