Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Patanares rencontre M. Bozzarelli, président du SMOH
le 20 décembre 2004, à Cazouls les Béziers (10h à 12h)

Présents :
Syndicat Mixte de l'Ouest : M. Bozzarelli, M. Pla
Patanarès : André Pruneddu, Dom Mininger, Jean Sabench, Corine Cannac

Les bureaux du Syndicat Mixte de l'Ouest Héraultais (SMOH) sont situés dans la zone de Cazouls, dans un petit immeuble cubique avec un petit jardin tout autour non entretenu. Les salles sont relativement spacieuses avec de grandes fenêtres et un mobilier rutilant.

M. Bozzarelli nous présente la structure qui sera responsable des déchets en 2005 : c'est le service Environnement et Cadre de vie du Conseil Général qui en aura la charge. Composé d'un directeur (M. Christian Cammal) et de sous directeurs, ce grand service se voit donc agrandi : Mme Myriam Tancogne aura la direction des déchets… Le responsable politique est M. Louis Calmel, conseiller général et est aussi vice-président du Conseil Général.
Monsieur Bozzarelli nous propose un organigramme récapitulatif.

Au niveau du conseil général, les élus pensent que c'est la torche à plasma qui va les "sauver". M. Bozzarelli leur explique pourtant que cela ne sera pas opérationnel avant 2010... Le lieu a encore changé : il serait à Vias.
En tant que président du SMOH, M. Bozzarelli leur demande de proposer d'autres lieux pour faire des CET, en attendant...
Globalement, les responsables politiques de toutes tendances (gauche ou droite) ne sont pas très responsables en ce qui concerne la gestion des déchets.
C'est le premier qui sera forcé à agir qui récupérera les déchets des autres. Chacun attend donc que l'autre craque. Une politique du "wait and see" (attendre et voir) : le premier qui proposera quelque chose, aura tort car il se retrouvera avec beaucoup de déchets à traiter (les déchets des autres qui arriveront après les dérogations dûment signées et parce qu'on ne sait pas quoi en faire).
C'est pourquoi et malgré cela, M. Bozzarelli, en tant que maire de Cazouls, montre l'exemple et propose un CET, "chez lui", avec un référendum et peut-être en mettant en jeu son mandat de maire… La gestion des déchets n'a jusque-là pas été très électoraliste.
Après discussion, il est décidé que M. Bozzarelli va proposer au conseil syndical :
• D'écrire aux différents conseils municipaux pour que ceux-ci s'engagent sur la recherche et l'analyse de site pour faire un CET. Il faut que cette lettre explique en détail l'intérêt, l'urgence et la solidarité d'une telle attitude. C'est bien les conseillers municipaux qui ont la maîtrise du foncier : c'est donc eux qu'il faut responsabiliser en premier.
• De faire respecter le schéma départemental, notamment :
* Le retour à la définition initiale de déchet ultime (non enfouissement de fermentescible, ni de matière valorisable),
* le découpage du département en zone,
* l'application de la pétition que Patanarès a fait signer...
• De proposer au Conseil Général (formulation complexe mais pourtant exacte. M. Bozzarelli ne peut que soumettre à son conseil syndical qui lui-même ne pourra que proposer au Conseil Général, par l'intermédiaire de son président (M. Bozzarelli)...), de proposer donc un comité de pilotage dans chaque zone, comprenant des représentants de la société civile (associations de terrain…), comme c'était le cas quand la gestion était sous la responsabilité du préfet...
M. Bozzarelli s'engage à nous faire parvenir un courrier récapitulatif.

[ haut de page ]