Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
télécharger ce texte

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

ENQUETE PUBLIQUE - complément de participation
Jean Sabench

Pour bien comprendre le fonctionnement du centre de stockage, il faut considérer les flux de matières sur le site pendant toute sa durée (exploitation et post-exploitation) qui peuvent être schématisés ainsi :

Déchets = 1.5 millions de tonnes
75 000t/an sur 20ans


CDSU de TANARES

               
Lixiviats
1 million de tonnes

20 000m3/an sur 50ans
  Biogaz
220 millions de m3




On comprend que plutôt que d'un centre de stockage, il s'agit d'un centre de transformation : le tonnage de produits à transporter et à traiter hors du site est du même ordre de grandeur que le tonnage de déchets apportés ! En effet les lixiviats sont génères par l'eau de pluie qui traverse la masse de déchets enfouis. Trente ans après la fermeture du site la fermentation n'étant pas complètement terminée, il faudra donc les recueillir et les traiter pendant plus de 50 ans. La pluviométrie moyenne à Riols étant de 1 100 mm d'eau/an, le volume de lixiviats est important.
Si on veut absolument implanter un CDSU de ce type et si on veut obtenir un meilleur rendement énergétique et environnemental il faut l'installer dans des zones à faible pluviométrie. Dans certains secteurs du département, le volume des lixiviats pourrait être réduit de moitié.

[ haut de page ]