Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Le Conseil Général Catalan prend position
Source : L'accent Catalan - Le magazine du Conseil Général des Pyrénées-Orientales Eté 2003 - N°13

Le Conseil Général Catalan rend compte des contestations dans son département...


pages centrales de la revue

Retraites, enseignement, la colère des citoyens
Depuis plusieurs semaines, des milliers de citoyennes et de citoyens de notre département ont multiplié les arrêts de travail, les manifestations et d'autres formes d'action.
Toutes et tous disent haut et fort leur refus de la réforme du système des retraites telle que la conçoivent MM. Jean-Pierre Raffarin et François Fillon. Les enseignants, les parents d'élèves et les étudiants rejettent les mesures de "décentralisation" présentées par M. Luc Ferry. Sans doute n'est-il pas inutile de réfléchir, dans le but de les améliorer, à l'avenir et au fonctionnement de nos systèmes éducatifs et de répartition des retraites. Si les salariés, dans leur ensemble, et les enseignants manifestent leur colère face aux mesures annoncées par le gouvernement c'est parce qu'ils les jugent injustes et de nature à aggraver les inégalités.
En effet, la recherche de nouveaux revenus pour alimenter les caisses de retraite ne doit-elle se faire que par l'allongement de la durée du travail, c'est-à-dire au seul détriment des salariés ? N'y a-t-il pas d'autres solutions à trouver ?
"Décentraliser" le système éducatif est-ce nécessairement le privatiser lentement et achever sa soumission aux exigences du marché, comme si l'Ecole de la République était une marchandise ?
Cette conception de la société est inacceptable. Les élus de la majorité du Conseil Général sont aux côtés des citoyennes et des citoyens qui la rejettent.
Ils l'ont montré au cours de ces dernières semaines et le montreront encore.

THT : contre ce projet et toute autre alternative de tracé
La manifestation du 31 mai dernier qui a rassemblé plus de 10 000 personnes dans les rues de Perpignan a bien confirmé l'opposition unanime des habitants et des élus du département, face au projet de ligne à très haute tension qui a fait l'objet d'un important débat public pendant plusieurs semaines.
Christian Bourquin, Président du Conseil Général, a réaffirmé ce jour-là, l'urgence du retrait total de ce dossier et en appelle à une intervention rapide du gouvernement afin de répondre à l'attente de l'ensemble des habitants du Pays Catalan.
Le C.G. prend position et l'affiche :


autocollant inséré dans la revue

[ haut de page ]