Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint- Ponais ?
 

[ retour au sommaire ]

Communiqué de Pierre Teillaud, adjoint au maire d'Olargues
Olargues, le 3 mars 2004

On a eu droit à l'épisode de la liste des "décharges sauvages" selon les services des Douanes, sur la foi d'un fichier de 2001. Les élus du Saint-Chinianais et de la communauté de communes Orb- Jaur ont alors fait savoir que les services de l'Etat devraient vérifier leurs informations avant de les rendre publiques.

En effet, pour la communauté de communes Orb-Jaur, ce sont les services de la Direction départementale de l'agriculture et de la forêt qui ont assuré le suivi de la fermeture de toutes les décharges du canton et leur réhabilitation. Des subventions de l'Europe, de l'Etat et du conseil général ont été obtenues à cet effet.

Toutes les décharges sont aujourd'hui fermées, la dernière à avoir fermé le 28 août 2003, est celle d'Olargues. La réhabilitation de tous les sites de décharges a été terminée avant la fin de l'année. L'affaire aurait pu s'en tenir là, montrant le ridicule du dysfonctionnement des services de l'Etat.

Aujourd'hui on peut lire qu'un chef de service de la Drire, service du ministère de l'industrie, va communiquer au ministère une liste de décharges illégales, dont celle d'Olargues ! A l'heure où cette information paraît, les Olarguais savent bien que les décharges sont fermées et que la déchetterie ouvre le lundi 8 mars. Heureusement le ridicule ne tue pas.

Joint au téléphone, le Président de la communauté de communes, Jean ARCAS, et plusieurs maires se disent outrés de cette attitude et se demandent quels intérêts sont servis par la publication de telles erreurs. "Le traitement des ordures ménagères est un problème suffisamment sérieux et coûteux pour tous, qui ne devrait pas appeler ce type de polémique. Plus de 6 millions de francs ont été consacrés par la communauté de communes au ramassage des ordures, à la collecte sélective et à la construction de la déchetterie". Aujourd'hui, ces élus se consacrent à la phase ultime du traitement des déchets et combattent le projet de centre d'enfouissement de "Tanarès" que le préfet IDRAC, missi dominici du gouvernement UMP, a autorisé.

La boucle serait-elle bouclée avec ces fausses informations ? Pierre Teillaud

[ haut de page ]