Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ précédente ] [ retour au sommaire ] [ suivante ]

Reçus par email
du 1er septembre au 30 novembre 2003


Reçu le 21/11/2003 de ADSE webmestre
Bonjour,
J'ai le plaisir de vous informer que notre association de défense contre un projet de CET est maintenant dotée d'un site web adse-saintescobille.com que nous vous laissons découvrir.
Vous y verrez que nous avons créé des liens avec le site de votre association et vous demandons la possibilité que vous fassiez de même. Vous pouvez bien entendu exploiter les informations exposées dans notre site, qui vous sembleraient utiles ou appropriées (en particulier l'Annexe 2 concernant les nuisances et risques, que nous avons compilé à partir de différentes sources, dont le rapport accablant de Mont-St-Guibert en Belgique).
Nous serions heureux de pouvoir pleinement collaborer avec vous sur le sujet, et derrière cette cause. N'hésitez pas à nous contacter à cet effet, et à nous fournir vos commentaires comme vos questions.
Nos actions d'information et de responsabilisation via l'Internet vont donner un sens nouveau à ce combat "contre les ombres" et surtout sensibiliser les communautés aux vrais problèmes de l'environnement et de la santé, passé la simple dénonciation des risques et la protestation associative locale. Nous vous appuyons complètement dans votre démarche locale, et espérons sincèrement pouvoir faire bloc avec vous pour une cause essentielle, sinon vitale.
Bien cordialement
Reçu le 16/11/2003 de Elisabeth Blasco
N'avez vous pas vu sur le Midi Libre (adjectif totalement bidon !) l'article sur deux pages entières, consacré aux ordures ménagères de l'Hérault, le jeudi 13 novembre ?
Pensez-vous que ce soit du journalisme ? Rien ne vous a choqués ?
Ce quotidien, seul et unique outil d'information dans nos campagnes, prouve une fois de plus son caractère subversif et subjectif : c'est ça la démocratie ?
Un seul média pour toute une région ? Une seule information, à valeur de vérité, pour la majorité des habitants : où est la liberté de la presse, d'expression, quand on n'a droit qu'à un seul son de cloche ?
Qui est prêt à monter un journal régional vraiment libre ? Personne ? On est mal barré : bientôt les chemises noires ! A bas l'État, vive le pognon !
Merci de m'avoir lue jusqu'au bout et de transmettre sur le site, ce qui est plus qu'un coup de gueule.
P.S. J'ai écrit à Midi "pas" Libre : j'attends encore la réponse. FR3 idem !
Reçu le 14/11/2003 de J.F.Manuel
Je suis passé hier,en chassant sur le site de Tanarès (alias trauc de la vergonha) : la capitelle est toujours debout et je n'ai noté aucune agitation particulière sur les pentes pseudo-imperméables carayonesques - j'y passe régulièrement et vous informerais si je voyais quelque chose d'anormal - Gardarem lo moral.
Amistats Patanarescas
Reçu le 13/11/2003 de Claudine Rabourdin (Vélieux)
Pour ceux qui aiment se lever tôt : Samedi 15 novembre, écoutez l'excellente émission de Ruth Stegassi à 7 h. Le thème de ce samedi : droit à un environnement sain et justice. J'ai envoyé un message aujourd'hui à Ruth que je connais un peu pour lui parler de Patanares et lui donner l'adresse du site.
Reçu le 08/11/2003 de Vincent Joecker
Je suis surpris de lire dans l'intervention du 17 octobre d'André Pruneddu, que des études sont en cours concernant l'installation de la décharge à Rodomouls.
S'agit-il bien de Rodomouls, commune de Pardailhan ?
Je me permets de vous signaler que toute cette partie de la commune de Pardailhan est située sur la zone karstique classée par le SDAGE comme "remarquable à forte valeur patrimoniale" et que par ailleurs la zone de Rodomouls est dans ou à proximité du périmètre de protection de la source de Malibert, où est notamment interdit "l'installation de dépôts d'ordures ménagères, d'immondices, de détritus, de produits radio-actifs et de tous produits et matières susceptibles d'altérer la qualité des eaux".
Bien cordialement
Reçu le 07/11/2003 de Jocal
bonjour,
Comme vous tous j' ai lu cette note (du BRGM, ndlw) qui m'interpelle sur plusieurs points :
* Mrs MAILHE et ROB POLS parlent d'une législation qui exige une perméablité sur le 1er mètre de 10-9 m/s et 10-6 ensuite,,je n'en vois aucune mention dans cette note.(inférieur à 10-6 = ?)
* comment s'est réalisé le choix des emplacements des sondages réglementaires (3), le nombre est-il suffisant pour la surface concernée ? , le complément d' étude réalisée et commandité par la seule Sita ne peut nuire à ses intérêts.
* le choix d'une réalisation de drainage complémentaire dans le terrain actuel (malgré une reconnaissance quasi-imperméable) sous la couche d'argile vient conforter l'hypotèse émise que celle-ci n'est pas fiable dans le temps, celui-ci n'est-il pas aussi mis en place pour palier au premier point évoqué et au fait que le terrain intéressé n'est pas homogène dans sa perméabilité et des zones supérieures à 10-6 m/s sont possibles, 3 sondages ne reflétant pas "l'absolu".(Passoire évoquée par Mrs MAILHE ET ROB POLS)
Je ne suis pas convaincu par cette note, qui hélas vient encore écorner le terme précaution. Mais n'étant pas expert...
Je souhaite que tous ceux qui ont dit NON soient encore plus renforcés dans leur convictions, les autres inconvénients demeurent, d'autant que d' autres projets de proximité et plus fiables sont en cours. Salutations
Reçu le 02/11/2003 de Jocal
bonjour,
Il faut cesser de raisonner en pourcentage ,cela ne veut rien dire : l' incidence complémentaire de trafic sur la portion N112 de 7 h à 18 heures - ouverture de la décharge préconisé par Sita - sera de :
11h x 60mn = 660mn / 41 camions = un camion* toute les 16 mn ou une file interminable de camions. Et dans les 2 sens. *ou semi-remorque
Et ce, 5 jours de la semaine. Le samedi matin idem ouverture de 7 à 13h. Du monde au portillon, surtout en complément de la carrière limitrophe.. Les nuisances dans les villages traversés , le "confort sècuritaire" des usagers courants et nouveaux, sans parler de l' entretien, concernent aussi le St Chinianais . Le parlé simple rétablit la réalité cachée derrière les pourcentages.
Bon courage et détermination à vous tous
Reçu le 31/10/2003 de M6 Montpellier
Nous souhaiterions vous suivre lors de votre action lundi 3 novembre devant la préfecture de l'Hérault. Pouvez vous nous indiquer l'heure du rendez vous ? La rédaction de M 6. Merci
Reçu le 23/10/2003 de Alphonsine Duchâteau
Bonjour,
Il me semble que vous avez oublié un cas notoire, en Belgique tout au moins : celui de la décharge de Mellery, qui a fait couler énormément d'encre fin des '80 / début des '90.
Voici quelques liens pouvant vous éclairer sur ce cas :
fichier .pdf
la page web
Reçu le 21/09/2003 de Laurent DUPONT
Les Verts Hérault - Communiqué du 20/09/2003
"Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc - Que laisserons-nous à nos enfants ?"
Le député européen Yves Pietrasanta est, ce samedi 20 septembre, présent à St-Pons-de-Thomières pour apporter son soutien aux éco-citoyens des hauts cantons qui font là un remarquable travail d'information, de pédagogie et de recherche. Nombre des valeurs de l'écologie politique sont ici mises en ¦uvre : la responsabilité, le respect de la nature et de l'environnement, la démocratie, la précaution et la réversibilité, la prévention plutôt que la réparation, la continuité local-global ou encore l'autonomie.
À l'occasion des journées internationales du patrimoine et pour les 30 ans du P.N.R. du Haut Languedoc, les Verts apportent leur soutien à l'association Patanarès qui s'oppose à l'implantation d'une méga-décharge sur la commune de Riols. Outre que le projet est surdimensionné, il va défigurer un site naturel remarquable et faire courir aux riverains, ainsi qu'aux générations futures, des risques inutiles (pollutions, augmentation du trafic de poids lourds, etc).
Les habitants, de St-Pons à Riols, ne veulent pas échapper à leurs responsabilités, et ils ne s'opposent donc pas systématiquement à la mise en place d'une filière de traitement des déchets ménagers. Ce n'est qu'une question d'emplacement et d'échelle. D'autres sites sont proposés par les riverains ; une alternative technique est proposée, le compostage. Alors nous demandons au préfet d'entendre les habitants des hauts cantons et de placer leurs propositions sur le même plan que celles de la société Sita-Sud. Que des études et des expertises contradictoires soient menées avant de prendre toute décision irréversible.
L'accident de camion du 18 septembre dernier, entre St-Pons et St-Chinian, est là aussi pour nous mettre en garde contre les conséquences d'une politique du "toujours plus". Toujours plus de gains, toujours plus de déchets, toujours plus de routes et de camions, etc. Mais cela n'est pas une fatalité, et il est temps d'engager des politiques plus raisonnables.
Remémorons-nous aussi la définition qui fut donnée du développement durable au sommet de Rio en 1992 : "Un modèle de développement qui satisfait aux besoins de la génération présente, à commencer par ceux des plus démunis, sans compromettre la capacité des générations suivantes à satisfaire les leurs".
Ensemble, construisons un autre monde.
Laurent DUPONT et François LABERTRANDE, portes parole des Verts Hérault
Reçu le 17/09/2003 de Kamel Mabrouk
Bonjour,
Nous venons de découvrir votre site en naviguant sur le net pour chercher encore et encore des renseignements sur le CET, Sita sud! Vous comprenez, ça devient notre passe temps favori!!!les soirs et les week-ends surtout depuis que nous avons créé notre association de protection de la qualité de l'air des Pennois (Pennes Mirabeau)! Les odeurs nauséabondes du CET du Jas de Rhodes hantent nos jours et nos nuits, nous sommes toujours en alerte pour fermer les fenêtres et arrêter la VMC, rentrer les enfants... Nous sommes scandalisés par les activités pestilentielles de Sita Sud ! Nous sommes révoltés par leur mensonges!!
Tout ce qu'on peut vous témoigner c'est l'horreur, c'est l'infection, nous sommes très inquiets pour notre santé!! Mais Sita ne veut rien savoir, même pas prendre en charge des analyses de l'air dans nos jardins et maisons, ce sont des menteurs professionnels, ils nous ont menés en bateau : nous avons joué leur jeu depuis que nous avons résidé à leur voisinage pendant deux ans (faire le nez, discuter à l'amiable, trouver des solutions pour traiter les odeurs !!) et maintenant ils reconnaissent qu'ils sont en travaux qu'il y a des fuites de biogaz etc... Tout ce qui reste, devant l'immobilisme des instances (maire, drire, préfecture..) c'est porter plainte! ce n'est pas gagnée, car ils ont l'arrêté préfectorale pour 25 ans...
Méfiez-vous!!! N'acceptez surtout pas, nous avons lu leur mensonge sur La Dépêche, (merci le NET) nous avons lu aussi qu'ils transportent des gens de chez vous en car pour leur montrer l'horreur que nous vivons (mais au préalable, ils ont dû bien couvrir de terre (car figurez -vous qu'ils radinent sur la couverture de terre et ils exploitent plus que deux hectares!!!).
Je vous joins quelques documents de notre lutte récente. Si vous avez besoin de détails n'hésitez pas à nous contacter.
N'oubliez surtout pas que nous ne possédons d'aucun recul sur la toxicité des CET !!!
Cordialement
Reçu le 04/09/2003 de l'association ADPEG
Bonjour,
Ici Valréas (Vaucluse).
Nous aussi combattons contre un projet inutile et dangereux.
Votre site, trés ergonomique, est une mine d'infos.
Nous avons jugé utile de mentionner vos coordonnées dans notre site, rubrique: "Adresses utiles".
De quels documents avez-vous besoin pour que l' ADPEG figure dans votre rubrique : "Chez eux aussi" ? Merci
A.D.P.E.G.
Association de Défense du Patrimoine et de la qualité de la vie de l'Enclave des Papes et des Pays de Grignan
Site Internet : http://adpegvalreas.free.fr
Email : adpegvalreas@wanadoo.fr