Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ précédente ] [ retour au sommaire ] [ suivante ]

Reçus par email
du 1er février au 31 mars 2004


Reçu le 31/03/2004 de Phiphi
Je viens de prendre connaissance de l'état d'avancement du dossier de PATANARES, sachez que votre combat trouve un relais, lointain certes, mais bien présent, j'ai habité les hauts cantons de l'hérault, ce fût une des plus belles périodes de ma vie; et ce grâce à un environnement naturel et humain qui doit conduire les élus locaux à enfin assumer le rôle pour lequel ils ont été élus: à savoir protéger et surtout développer leur secteur et cela ne passe certainement pas par l'implatation d'une décharge pour le moins dangereuse; une chose est certaine elle est bien plus dangereuse pour les habitants que pour un représentant politique local pour qui le Saint Ponais n'est qu'un tremplin. Sachez (et vous la savez déjà) que le site de TANARES n'est qu'une piêtre monnaie d'échange: je prends les déchets de l'ouest héraultais, en contre partie je prends la mairie de Béziers voire de Montpellier, merci en revoir...
Reçu le 25/03/2004 du CNIID
Madame, Monsieur,
Imaginez que la France réduise de 50% sa production de déchets toxiques dans les 10 ans qui viennent...
C'est ce qu'a fait le Professeur Geiser, de l'Université du Massachusetts (USA). Il est à l'origine du "Toxics Use Reduction Act", une loi qui a fait en sorte de réduire la production de déchets toxiques dans l'Etat du Massachusetts de 50% en 10 ans. Imaginez les bénéfices en termes de santé, de protection de la nature et d'économies si nous arrivions aux mêmes résultats en France et en Europe dans les 10 ans qui viennent. Pendant ce temps, Roselyne Bachelot nous promet généreusement une réduction de... 1% des déchets d'ici 2008. A ce rythme-là, elle en a pour exactement deux siècles avant d'arriver aux résultats obtenus au Massachusetts.
(...)
Reçu le 25/03/2004 de Gent
L'abstention sur les communes de Courniou Riols Vélieu et St Pons et sur le canton en général, de même que avec un effet moindre mais cependant à noter sur le canton d'Olargues. Cette abstention devrait faire méditer sur ces résultats les Maires de ces Communes et le Conseiller Genéral sur leur avenir lors d'élections concernant les communes ou le canton. Sont ils vraiment contre la décharge de Tanarès ??? A bien y réfléchir et vu leur tête lorsqu'ils annonçaient publiquement les résultats, on avait plus tôt l'impression qu'ils avaient pris une gifle. Pourquoi puisqu'ils sont contre Tanarès ??? Peut être ne sont-ils pas contre Tanarès autant qu'ils veulent bien vouloir le faire croire, mais au fond d'eux même ils souhaitent peut être rendre service au Maire de Montpellier pour rapatrier ses ordures dont il ne sait que faire ???
Reçu le 25/03/2004 de Jeannot
Les Maires de Courniou, Riols et Saint-Pons ne sembent pas être très hostiles au projet de Tanarès vu leurs écrits d'avant scrutin sabotant le non à SITA. Ils faisaient aussi triste mine en dépouillant les bulletins. S'ils étaient vraiment contre, ils devraient être mécontent d'avoir eu si peu de Nuls.
Reçu le 18/03/2004 de l'association DIL (*)
LES POLITIQUES « ZERO DECHET » DANS LE MONDE : UTOPIE ou REALITE ?
Congrès International - 13 & 14 mai 2004 – Assemblée Nationale
Deux jours pour découvrir et échanger autour des méthodes des collectivités et des entreprises ayant obtenu les meilleurs résultats au monde, en matière de valorisation et d’élimination des déchets.
Nos richesses créent des déchets, Créons des richesses avec nos déchets !
Toronto, Halifax, Canberra, Seattle, San Francisco,... Rank Xerox, Toyota, Dupont,…. De plus en plus de gouvernements, de collectivités et d’entreprises à travers le monde ne considèrent plus les déchets comme un problème à brûler ou à enfouir, mais comme des « ressources » valables, pouvant alimenter d’autres processus industriels, créer des opportunités économiquement viables, offrir de nouveaux emplois durables, protéger efficacement leur environnement et réduire considérablement la mise en décharge et l’incinération.
Pour accompagner l’action et les changements qu’implique une telle stratégie, ces organisations adoptent sur leur territoire des politiques ZERO DECHET qui diffèrent dans leur philosophie, objectifs et processus fondamentaux des systèmes standards actuels, et qui obtiennent des résultats exceptionnels: 50% des déchets détournés de la décharge en 5 ans, 75% en 10 ans, vers le Zéro Déchet en 15 ans !
« ZERO DECHET » est un concept qui va bien au-delà des schémas traditionnels de recyclage et de compostage. C’est une initiative environnementale, mais également une initiative économique qui propose de redéfinir les flux des déchets de nos territoires, d’accompagner leur valorisation en « richesse » pour la collectivité, de développer des milliers de nouveaux emplois dans la collecte, le traitement, l’éco-conception des produits, et de s’engager durablement dans la nouvelle économie des « matières premières secondaires » que de nombreux experts considèrent aujourd’hui comme la nouvelle économie du 21ème siècle.
* Décentralisation & Initiatives Locales est une association dédiée à l'étude et à la recherche de bonnes pratiques environnementales et de développement durable des collectivités territoriales dans le monde.
Reçu le 18/03/2004 de Vigidécharges
Bonjour,
je vous envoie les nouvelles coordonnées de notre site vigi-decharges.org qui est (enfin !) réactualisé.
Vous y trouverez tous les éléments sur lesquels nous avons pu travailler au cours de ces 4 années...
Si vous voulez plus de précision, nous sommes bien sûr à votre disposition.
Bon courage
Reçu le 16/03/2004 de Jacques
Bonjour,
Je suis natif de Saint Chinian, et futur habitant d'ici quelques mois à peine. Mon activité professionnelle m'a tenu éloigné pendant des années, mais me voici bientôt de retour au pays.
Je suis opposé à la décharge de Tanares pour au moins une raison: l'afflux de circulation induite sur la N112 et la route de Riols à Bédarieux. Je suis ausi opposé pour toutes les autres raisons écologiques, mais pas encore suffisamment informé pour bien prendre la mesure des dégâts annoncés.
Je reviens sur le problème de la circulation: la 112 est d'ores et déjà saturée, c'est reconnu par tous les pouvoirs publics. La négligence des mêmes pouvoirs publics et des politiques fait qu'aucun projet n'est prévu, que la circulation des camions s'intensifie chaque jour, que cette route tue tous les ans, et que nous allons tout droit au désastre sans même penser à la décharge. Mais pour en rajouter et accentuer les risques, le projet va mettre des dizaines de camions supplémentaires sur cette route tous les jours. Il semble que l'accident de l'été dernier, et la polution engendrée (beaucoup de questions sont d'ailleurs restées sans réponse), n'ont pas suffisamment sensibilié les décideurs.
Merci de m'informer de la façon d'adhérer à votre association.
Sincèrement,
Reçu le 13/03/2004 de DEFFI
Bonjour,
depuis plusieurs mois nous avons appris qu'en secret un projet de CET sur plus de 45 hectares était en cours détudes par la société ONYX sur les communes de Rocquemont et Saint Martin Osmonville (Seine Maritime 76680).
Nous avons aussitôt prévenu la population, la presse locale et constitués une association Loi 1901 nommée DEFFI (Défense de l'Environnement de la Faune de la Flore et des Individus).
Le site pressenti se trouve à la naissance d'une source (avec espèces protégées), près d'un château d'eau, des écoles, etc...
Voici l'adresse de notre site deffi.free.fr
Nous souhaitons mettre un lien vers votre site si vous êtes d'accord et pouvoir échanger des idées ou des informations pour nous aider mutuellement ?
Cordialement
Reçu le 08/03/2004 de l'ADSE
Bonjour,
L'ADSE suit avec grand intérêt l'évolution de la situation de Tanarès.
Bravo pour la carte de France "Chez eux aussi" avec tous les projets ou implantations de CET que vous avez si bien inventoriés et documentés.
Depuis le lancement de notre site ADSE, nous avons placé votre site en tête de liste sur notre page "liens utiles", compte-tenu de la qualité de votre information et de votre mobilisation. Récemment, nous avons aussi placé un line direct vers votre page "Chez eux aussi".
Votre rubrique" Saint-Escobille (Essonne) nous concernant figure toujours dans votre inventaire, et on y accède effectivement bien par cette carte. L'information présentée, bien que concernant un article assez ancien est toujours d'actualité sur le propos de fond. Mais malheureusement, cette page ne renvoie pas vers notre site ADSE, comme vous l'avez fait pour de nombreuses autres associations.
C'est pourquoi je souhaiterais vous demander de placer un lien à partir de cette page "St-Escobille" vers notre site, de façon à ce que vos visiteurs puissent en savoir plus sur où nous nous en sommes et ce que nous faisons, avec vous dans le même esprit..
En vous remerçiant d'avance pour votre collaboration,
Bien cordialement
Reçu le 27/02/2004 de Tony
Cher amis,
Excuse moi pour mon francais pauvre mais nous avons le meme problem avec SITA comme vous. Est-il possible de comparer les deux situations de le departement Herault et un proposal pour notre village de Bridport Dorset UK par le compagnie SITA? S'il vous plait contact moi par l'address @talk21.com Merci beaucoup et bonne chance.
Reçu le 24/02/2004 de Pascal
Monsieur,
J'ai parcouru avec intérêt les pages de votre site.
L'association à laquelle j'appartiens "Respectez notre nature" se bat depuis plusieurs années contre un projet de "Gigantesque poubelle " (C.E.T) aux Ventes de Bourse près d'Alençon (Orne - Basse Normandie). Notre belle forêt serait menacée ainsi que les cours d'eau qui traversent notre campagne.
Nous avons réussi à casser le PEDMA mais il semble que la menace plane toujours au dessus de nos têtes!
Je suis l'auteur du site internet que notre association utilise pour informer les gens de l'évolution du projet.
Vous trouverez ici le lien vers notre site : chez.com/respecteznotrenature
Reçu le 13/02/2004 de Jacques
Nous sommes en lutte depuis 3 ans la décharge située à 700m mètres de notre petit village est une véritable infection.
Tout sur notre site gouy-lhopital.com
Cordialement
Le président de l'association
Reçu le 12/02/2004 de Jurinform
Monsieur,
Des amis saintponais m'ont renseigné du projet SITA. A l'office de tourisme à St-Pons, j'ai trouvé une copie de votre lettre ouverte du 14 janvier 2004 à Monsieur Carayon et j'en ai tiré vos coordonnées.
J'ai un intérêt spéciale de vos actions pas seulement parce que j'aime la région saint-ponaise et je voudrais bien qu'elle sera évité d'un projet comme SITA, mais aussi parceque nous - quelques amis et moi - sont en train de former une association pour préserver le fleuve l'Hérault et sa ripisylve notamment contre un projet d'une carrière de gravier immense au bord de ce fleuve.
J'aimerais parler avec vous pour profiter de vos expériences. Est-ce que vous êtes prêt à nous consacrer une demi heure ? Je vais me permettre de vous contacter par téléphone pour demander un rendez-vous.
Amicalement
Reçu le 07/02/2004 de Lionel
De tout coeur avec vous pour la défense de votre environnement et de vos différentes actions de sauvegarde.