Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

L'eau raje mécanique
par Francescou (c'est encor' lui!)

*** Moi je suis l'auto de Didaque, j'ai tout appris tout seul. Ma voisine Ginette forcément elle a un peu plus d'instruction que moi parce qu'elle a été poussée par les études jusqu'au Certificat, ce qui fait qu'on a pratiquement jamais gardé les cochons ensemble. Alors bon moi je la tiens au courant des nouvelles qu'on apprend au café en parlant avec les camarades patin couffin avec les gestes et elle, elle tache de me renseigner les nouvelles fraiches des pays internationaux.
Elle m'a notablement espliqué que les paysans de la région de Muradnagar dans la province de l'Uttar Pradesh (je vous le vends comme elle me l'a livré) hé bé ils défilent depuis des mois avec des plancartes où y a écrit comme ça avec des lettres indiennes : "Suez - Degremont vole l'eau des paysans indiens". Tout ça parce que le Dégremont compte installer une pipeline géante pour capturer l'eau du Gange et l'envoyer vers une usine d'eau près de la Nouvelle Adélie appartenant à ce Dégremont qui semble se comporter avec les gens comme un cochon . Un cochon d'Inde. Dont une partie de cette eau est destinée à Cacola (les jeunes s'en régalent mais à ce qu'il parait que ce Cacola ça fait mourir la viande et que si tu te pissais sur les pieds ça te ferait des trous même dans les bottes en plastique. Et si tu en abuses tu peux même devenir coquinomane). Et pendant ce temps les nappes frénétiques baissent d'une façon qui fait inquiéter tout le monde et les paysans de l'Uttar Pradesh font 10 kilomètres à pied tous les jours avec une bonbonne pour trouver de l'eau.
Macaniche, moi je trouve qu'ils sont pas bien aidés ces paysans indiens plutôt que de défiler avec des plancartes que c'est même pas écrit en français ils ont qu'à venir avec leurs bonbonnes chez nous dans le Saint -Ponais qu'on a tellement d'eau propre qu'on sait plus quoi en faire. Ca nous coule de source, ça roucoule, ça nous raje de partout. Tenez, on est tellement riches en eau pure propre et comestiple que les esplologues avec tout leur barda ils ont pas tout recensé et que des jolis chercheurs de belles trouvailles y comptent installer une décharge d'ordures dessus parce qu'on est tellement inondés en richesses d'eau potaple qu'on en est coufles et qu'on peut se permettre d'en gaspiller, nous autres. C'est pas compliqué, on est installé sur une nappe à quoi faire caractéristique parcimonial. Quelque chose de ce goût-là.
Pourquoi je vous racontais tout ça ? Ah oui, c'est que figurez-vous que la Sita et le Dégremont sont deux filleules du groupe Suez. C'est ça qui est crâne. L'une est espécialisée dans le rangement des déchets dans des casiers et l'autre dans le traitement de l'eau. Ce qui fait que si une supposition la première salopait - un hasard - l'eau qui se trouve autour et dessous la décharge parce que mettons les casiers y retiendraient l'eau comme une banaste la neige de février, la deuxième, zou, pourrait intervenir aussi sec pour rétablir le courant. Je veux dire pour fournir de l'eau propre qui aurait été nettoyée des saletés qui auraient été faites par inévidence par la première entreprise. Vous me suivez? Comment qu'ils nettoyent l'eau? Ah ça par exemple... mystère. Déjà que ça m'épate qu'on puisse nettoyer l'eau, parce que je croyais que l'eau, ça servait à nettoyer tout sauf de l'eau. Je suppose qu'ils ont inventé un appareil exprès pour nettoyer l'eau. Un nettoyeur d'eau. Quand l'eau est bien rapproprie, il reste plus qu'à nettoyer l'appareil qui a nettoyé l'eau. Peut-être même que les tecniciens ont inventé un autre appareil à nettoyer l'appareil qui nettoie l'eau. Ce qui fait qu'avec tout ce fourniment, entre les ingénieurs qui ingénient, les appareils qui appareillent, les tecniciens qui tecniquent, les nettoyeurs qui nettoient et la pineup qui répond au téléphone que l'eau a presque fini d'être nettoyée, il reste plus qu'à la faire sécher, finalement y voient guère le temps passer et la journée est vite pliée. Et ça fait des petits boulots pour pas mal de gens. Enfin j'espère.
Aqueste histoire d'une société qui s'occupe du sale et d'une autre qui s'occupe du propre, ça me fait penser à une blague de fous qu'on se racontait à l'école quand on était gafets. Enfin, quand on savait pas encore que les cabourds c'étaient des malades comme vous et moi. Bon, comme moi. Si tu y tiens. Je m'en fous, j'ai l'habitude. Et donc c'est l'histoire du camion qui va livrer un trou. Il porte un gros trou dans sa benne. Quoi, ça existe pas un camion qui porte des trous? Hé, medamne, si tu crois à l'histoire de la machine à nettoyer l'eau, tu peux bien avaler celle du camion qui porte des trous. Et donc en cours de route, il y a un petit trou sur la route comme un nid de géline. Et ça te fait un cahot. Ca te fait une secousse. Et, naturellement, avec l'à coup, le trou que porte le camion, il tombe de la benne. Le chauffeur s'aperçoit, il passe la marche arrière, il recule... et il tombe dans le trou.
Comme si salir l'eau et nettoyer l'eau, ça semblait la même chose pour ces grosses boutiques. Tiens, une main gauche qui creuse un trou et la main droite qui le rebouche. Foutre, dans les deux cas, c'est toujours de la monnaie qui rentre.

[ haut de page ]