Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

La danse de l'escalpe
La souscade du Francescou du 30 juin

Les Indiens Sious l'ont échappé belle! On leur en promettait huit cent mille, fin finale ils en auront que deux cent mille! Le grand Manitou sera content et l'âme des guerriers pourra se recoucher tranquillette.
Huit cent mille quoi? Ravepartisans? Harrycoptères ravageurs de cultures? Dollars? Commandos en treillis folklorique? Missionnaires du nouvel ordre évangélique selon saint Bouche? Tatata, vous n'y êtes pas! Il s'agit de COCHONS, de porcaille, de tessous pur porc. Quoiqu'on peut se demander si dans le cul rance, les cochons c'est pas plutôt les trouducs qui les élèvent. Et toute aquelle ménagerie pour faire des cornets de bif, des hautes docs et des croquettes pour clébards et Barclay's. Peut-être même de l'alimentation pour cochons.
Vous vous doutez comment que le fumier de ce Cochonland est en train de contraminer les nappes frénétiques de toute la région. Après l'état de droit, les tas de merde.
Mon grand-père disait: "le fumier n'est pas un saint, mais il fait force miracles". Le papé voulait dire: raisonaplement, à petites doses. Poc à poc. Chiquet à chiquet. Parce que là, le miracle miraculaire est de réussir à faire périr tout un tènement qui demandait rien à personne. Dites, ça vous rappelle rien?

Et comment le Francescou y sait tout ça? Parce que c'est Ginette qui lui a enseigné. Et comment Ginette elle l'a appris? Ginette, elle le tient de l'Echo de Barre, où elle est née et où elle est abonnée et où tout est dit sur tout, ce qui est pratique pour rester à la page, y a pas à chercher ailleurs et s'en foutre des cents et des milles de dépenses en papier qui brûle mal parce qu'il est trop glacé. Ginette est informée, sa fille est conformée, Antoine est réformé, l'Inquet est mal formé, la vérité déformée, les petits chats cloroformés et moi je suis fort mais... pourquoi j'ai besoin de vous dire tout ça? Parce qu'y a pas de raison que je me le garde pour moi. Et y a pas de raison non plus que vous n'en profitez pas.
Vous allez voir que dedans cette affaire y a des points communs avec nousautres. Moins que ce qu'on croit et plus que ce qu'on pense. Et d'abord, faisons le point de ce que j'en ai appris, de ce que j'en ai retenu et de ce que j'essaie d'en dire. Et de ce que vous voulez en apprendre et de ce que vous n'en savez rien.

Ce que j'en sais, c'est que l'histoire se passe dans le Dakota. Le Dakota, c'est pas à coté; ni du coté du coteau d'à coté. Et le Dakota du Sud, c'est le Dakota d'à coté. Et la tribu des Sious, c'est les Lakotas. Les Lakotas du Dakota. Les Lakotas, qu'es aco? des toques ou des tacots? des calottes ou des cathos? décote ou cadeaux? La toccata en do? La porcherie qu'a pas la cote, c'est la cata des Lakotas. Dakodac?

Et ils vivent dans des réserves. Pour faire simple, une réserve c'est un peu comme un parc régional où le chef de tribu serait pas un simple chef de clan comme nous, mais un vrai chef de tribu avec ses attributs et entouré d'un vrai conseil tribal, pas de conseils à trois balles. Enfin, d'après ce que j'en ai compris.
Et la réserve des Lakotas s'appelle Rosebud. Mais si ça pue autant qu'on l'imagine, la rose, ça fait un moment que ça la sent plus. Plus de Rose. Y a juste Bud. Et balle au centre.

Ces deux cent mille porcs qui caguent (qu'est-ce tu veux qu'ils fassent d'autre, ils ont pas Star Académy, chier c'est le seul plaisir qui leur reste), déjà ça représente la moitié des tas de cacas du Dakota. En doublant les porcs (de Saint Malo, hisse et ho), ça fait à peu près deux fois plus de trous du cul de cochons, ça méthane ce que vous dites, c'est autant que les déjectations de tous les Dakoteurs et toutes les Dakoteuses, c'est la hauteur des quotas de caca des Dakoteurs du Takaka, du Tadakoté, du Dakota. Et huit cent mille, c'est le cadeau, des cotes en tas, des loques autant, des coles de cas de docks en tas, le chaos du tac au tac, c'est la cata. Cata urine et tas bella chie chie! C'est bien simple, ça t'aurait fait le plus grand élevage de porcs en batterie du monde! Porcassariè nain beurre Rouen! Ah les fumiers! On suppose que ça fait un paquet de merdouille visiple de la lune. Peut-être même de mars ou d'avril. D'un coté t'aurais la grande muraille de la Chine, de l'autre un estron géant. Tu parles d'une trace habilitée. Là, la culture, ici la merdenvrac.

Vous vous pensez que si y a tant de cochons, c'est que les Sious aiment trop les cochons? Sious plait? Non, parce qu'ils se sont vaillamment battus pendant quatre ans pour estopper l'espansion de cette espèce d'estaple espéciale pourcine. Qui craint le grand méchant loup, c'est pas nous, c'est pas nous. Et je suis content de vous annoncer qu'ils ont gagné. Enfin, pour le moment. En fait hébé c'est le contraire, c'est les cochons qui aiment trop les Sious.

C'est que dans beaucoup de ces réserves indiennes, c'est la misère et le désoeuvrement qui règnent en maître (j'ai qu'à recopier parce que c'est bien écrit), sious- qualification, Marie-Gina-Lisa-tion, chômage, alcoologisme, inadaptation au mode de vie imposé de l'extérieur. Et les entreprises, elles profitent d'entreprendre et entreprennent d'en profiter, elles font miroiter des emplois, des profits, du plus, du beste, du tope, du toumeuche aux conseils tribaux. En espérant que les Indiens, eux, pourront pas se payer le luxe de refuser. Alors ils sont amers, les Indiens. Ca fait des Amérindiens.
Aquel tipe de projet pourcas hélas n'est pas le seul à pourrir la vie et le reste des réserves indiennes.

Aux Estasunis de l'Amérique, de nombreuses sociétés de traitement de déchets sans vergogne (les sociétés, pas les déchets) lorgnent sur les réserves indiennes pour y enfouir leur escoubilhes, des tritus, des déchets topsiques et même radiocaptifs que les autres Américains y n'en veulent pas parce que ça roussit l'herbe de la pelouse et ça fait tousser le hamster.

Si y avait que dans les Estasunis. Mais c'est partout. Idem dans les montagnes du Puncak Jaya en Nouvelle Guinée, où les territoires des Dani, des Amungme, des Kamoros sont directement menacés. Idem les Ogoni au Niger. C'est la gazette qui le dit.
Toutes les coumunautés situées un peu à l'écart sur cette planète ne sont plus situées à l'écart sur cette planète. C'était un avantage, ça devient un inconvénient. Canaille, c'est toujours la même histoire qui se répète aux quatre bouts de cette Terre: y avait tout pour te faire un petit paradis (y parait que ça l'a été à moment donné), la chaise longue, les boules, des pommes à volonté, l'Eve que tu lèveras, et voilà qu'on espépisse la croissance espantaple de l'espansion espectaculaire de l'esplosion esponentielle des espoirs espérimentals de mes deux qui est en train d'en faire une barrassègue à ciel ouvert. Outre! C'est donc ça, la malédiction divine, de faire que les hommes deviennent si bêtes qu'ils ont même plus besoin du diaple pour faire de leur paradis un enfer?

Si j'ai bien retenu de ce que me disait le régent, le maître d'école, de tout temps y a eu meilleur compte d'être du coté du manche. Hébé au jour d'aujourd'hui, le margue est devenu un gros bâton merdeux et y a plus vraiment de coté où tu peux l'attraper sans t'embrener.
La nouvelle version de la lutte des classes, c'est les riches qui escampent leurs déchets chez les pauvres; les riches qui consomment quarante fois plus que s'ils étaient pauvres, qui brûlent, qui pillent, qui roupillent, qui gaspillent, qui bouffent de l'eau en quantité aspro nautique, qui roulent en clime, qui fabriquent cent pour cent de déchets et c'est le pauvre couillon qui les hérite. Même les pingouins de l'Antarclique ils ont du sang constaminé dans les veines tandis qu'on fait rêver l'humanité avec des grosses limousines blanches maquillées à six portières oxidées remplies d'indéfrisaples blondasses avec des permanentes métallisées.
Y te reste plus qu'à choisir ton équipe: tu fais partie de ceux qui roulent leur vie sans penser aux autres lendemains? Ou de ceux qui économisent la Terre pour en laisser un peu aux enfants? Et à moi? Peut-être même que t'as pas eu à choisir: t'es un couillon comme mézigue qui survit dans un joli canton de pays en essayant de pas trop lourdéjer alentour. C'est bien ce que je dis, t'es un couillon. Ou si tu préfères, un Indien de la réserve. C'est pareil. D'accord, on vit pas sous des tentes, sous des tipiques et on se peint pas le mourre quand on va tourner une valse avec Ginette, mais on est dans la même caque. C'est pour ça qu'on a choisi ton petit pays pour y mettre cinquante ans d'escoubilhes de toutes les villes d'Hérault. Sans même te faire miroyer d'emploi ni même de profit. T'es pas Sious, mais il faudra te battre quand même! Par le grand Manitou, Indiens et Cinq Poneys, remuez-vous! Déterrez la piasse de la guerre, faites tourner l'allumé de la paix, dites stop à Tanarès comme vos frères Sious l'ont fait à Rosebud. Faites-leur manger la soupière, et que leur sanquette impure abreuve nos cochons! Hugh, j'ai dit.

Bon d'accord, je quiche un peu. Je m'emporte. J'ai le tempérament un peu vif. C'est pour ça que je prends des vases au constructeur. Trois fois par jour. Je reconnais qu'y a pas besoin de se mettre des plumes par les cheveux (surtout moi macaniche, y me faudrait aussi de la superglup) et de faire venir la pluie avec un tambour pour leur faire entendre raison. Y a forcément moyen pour qu'ils réalisent enfin qu'avec leur projet estemplié Tanarès, ils s'apprêtaient à faire la plus grosse connerie depuis l'abbé des cochons.

Il faut que je me calme.
Quoique... des fois... la nuit...quand je dors pas, je sousque ferme. Et je rêve d'en choper deux ou trois de ces arpalhans et de les scalper. Tu verrais que le reste comprendrait.

[ haut de page ]