Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

L'eau impotaple, c'est regrettaple
La souscade du Francescou du 15 septembre 2003

Ce coup-ci je vais tcharer sur l'eau. Ca l'air tout con, comme tout ce que je dis d'habitude. Mais sans eau y a pas la vie (et sans veau y a pas l'Asie). Sans eau on vivrait comme sur Mars où c'est tant rascagné qu'y a même pas de quoi se faire un café sans sucre. La Terre c'est de l'eau, un point c'est tout. Plus quelques clotures et des emmerdeurs qui viennent toujours au moment pour m'empêcher de finir de lire mon journal.

Au dedans de notre corps à chacun, c'est plein d'eau. Trois quarts d'eau, un quart de viande et de bas morceaux. C'est ça la recette. Ca fait drole de penser que quand tu te coupes le mourre dans l'escalier, tu fous cinquante litres d'eau par terre. Que quand tu finis ta siestoune, tu commences par quiller une tine d'un quintal. Tu vois la grosse, mais si, tu sais bien, pas celle qui se fait avec le garde, l'autre, celle qui a touché le tiercé avant-hier? C'est l'esquivalent d'une petite comporte. Et elle se comporte comme si elle avait touché le tiercé avant-hier. Toi, tu viendrais à te faire espoutir par une voiture, c'est juste un esemple, elle te passerait sur le bidon comme sur un gros jerrican. Ca fait bizarre de penser que quand tu vas demander des sous au crédit agricole, le banquier répond "non" à l'équivalent de cinq arrosoirs. Et quand tu vas trouver le préfet, tu as en face de toi dans le fauteuil de quoi abeurer aux cochons pour toute la journée.

L'eau est vitaple. Sans eau, les choux pètent, les recs lisses et les débits nouent.

L'eau, si t'en bois trop, ça te fait périr la tripe et les boyaux. Si t'en bois pas assez, y te reste que la peau sur les eaux. C'est pour ça qu'en cas de désidrocution, tu commences par perdre les os. L'eau, quand on la mastègue longtemps entre les maïsselles, ça devient de la salive. Quand on la regiscle, ça fait un escupit. Si tu l'escampes en l'air y a des chances que ça te retombe sur le coin de la poire. C'est ça le cicle de l'eau. Et pas, comme y en a qui disent, le pédalo.

Quand y pleut, l'eau mouille. Le reste du temps, l'eau trempe. Quand l'eau s'évapore, on est dans le brouillard. Au fond de la font, l'eau fond dans le griffon. Et parfois le si fond. Et l'autre le confond. L'eau sert aussi à se laver les pieds avant d'aller au docteur. Jésus y donne le mauvais exemple. Il marchait sur l'eau, c'est plus mariolle que de trigosser la grolle sur la place du terrain de boules comme nousautres. Mais c'est pas de bien faire, surtout avec des pieds qui ont trainé partout, chez les farnous, les tignous, les pesouillous et autres. Parce qu'après on la boit, nous.

Quand t'ajoutes de la pousque à l'eau, ça fait de la boue. Si tu rajoutes encore de l'eau, ça fait de la bouillasse. Quand tu sèches la boue, ça redevient de la pousque. Donc, pour nettoyer sans faire de la boue, y vaut mieux d'abord enlever la pousque. L'eau sert aussi à mouiller les choses. Avec quoi plus tu peux mouiller? Se pisser aux bragues ça compte pas.

L'eau quand y en a presque pas ça s'appelle des molles bulles. Pas beaucoup ça s'appelle une goutte. Chaque goutte coute et pourtant l'eau en a. Quand y en a beaucoup c'est un pesquier ou une tane. Beaucoup beaucoup et salée ça s'appelle la Grande Mer. Quand l'eau vient d'en haut c'est une cascade. Esemple, aquel il est eau placé, il est maire et conseiller général et député, on dit qu'il a plusieurs cascades (Et pourtant y fait guère plus de cinquante litres). Quand l'eau vient de plus haut, c'est l'aubénite. D'encore plus haut, tu peux sortir le paraplèje.

L'eau sert à faire la soupe et le souper: un peu d'eau chaude, une brave poignée de sel et t'as ta soupette (l'eau cale). Mais ça n'a ni chuc ni muc. Après, le pissou, la prière et au lit. (Y a même des lits à eau : l'eau fait lit.) Naturellement, s'il te reste un fond de cambajou et de la coudenne, c'est pas plus mal. A ton fricot tu peux ajouter aussi des carottes pour la couleur, des patanes pour l'épaisseur, des croustets de pain vieux pour tenir au ventre, la cèbe pour l'odeur, les caulets pour le goust. Enfin bref, t'es grand, tu fais pour le mieux. Et même un clou de girolle pour parfumer et un chiquet d'oli d'oulibe et tout aco cuit à gros bourboul à un degret tant formidaple que quant des microbes n'y résisteraient pas. Après ça, un verre de vin rouge pour faire chabrot. Vin pur, travaille dur. Vin azagat, travaille coulquat. Tu vois que l'eau rend bien service.

Pourtant, si un jour on avait dit à ma pauvre mère qu'un autre jour on mettrait de l'aïgue de la font en bouteilles pour la faire payer comme si c'était de l'eau minéraple, elle nous aurait tous traités d'amauris.

En France et ici aussi on utilise cent cinquante litres chaque jour. Et quatre-vingt thérèses pour sang passent à l'hygiène et au nettoyage: bains (150-200 litres), douches (15-60 litres), cagadous (la chasse, c'est 7 à 12 litres si a pas d'accident - de chasse), vaisselle (20-40 litres), bugade(80 à 120 litres pour la machine à laver les affaires), azagage et même les autres usages domestiques d'hiver. Toute aquelle eau qu'on salit pour nettoyer...

L'eau sert aussi à faire des barrages après avoir chassé les derniers paysans des meilleures terres pour faire à la place une retenue et un plan d'eau planplanet et dès que le touriste arrive à l'angle de la route on ouvre la bonde pour vider le barrage pour avoir de l'eau froide pour tourner le groupe électrogène de la centrale qui mouline de l'électrécité parce que les barrages sont vidés pour avoir de l'eau pour refroidir la climatisation du nuclère qui fait de l'eau centrale trop chaude pourquoi elle l'escampe à la rivière où est-ce que les touristes y veulent plus se baigner avec des poissons tièdes. Enfin, c'est ce que j'en ai compris. Rien que les centrales en France et les barrages, c'est dix-huit miards de maitres cubles parents d'eau.

Tout ça pour dire qu'il faut pas déconner avec l'eau. Michel Camdessus, qui est l'ancien directeur du Front Moniteur International et qui est pas la moitié d'un couillon a déclaré que "la guerre à mener contre la pénurie d'eau est plus importante que celle menée contre l'Iraque et qu'elle va prendre très vite des proportions dramatiques". C'est déjà le cas en Palestine. Dès 1919, Haïm Weizmann, qui deviendra le premier président de l'Israël, écrit aux Angliches une lettre profitique (Politis, 27 mars 2003) : "tout l'avenir économique de la Palestine dépend de l'apprivoisement en eau". Toutes les guerres menées par Israël depuis 1948 ont pour but entre autres, la maitrise des fleuves et aquifères, en particulier les eaux du Jourdain et de la Cisjordanie. C'est que dans les conditions actuelles, y a pas assez d'eau pour assurer l'avenir de la Palestine et d'Israël. A Gaza, la nappe frénétique est déjà tellement esploitée que des infilstations d'eau de mer menacent de saler ce qui en reste.
Isaac Rabin dont le père est pas né à Pardailhan comme son nom l'indique disait: "sans accord sur l'eau, il n'y aura pas de d'accord. Car pour le peuple israélien, l'eau est beaucoup plus importante que la paix".

Je l'ai découpé dans les journaux parce que ça m'intéresse plus que les photos des chanteurs, comme fait Ginette. C'est pas parce que je vis dans un petit pays calme où j'ai la chance de voir le jour tout le temps que je dois pas m'intéresser à ce qui se passe en quelque part. Et je lis: "un pays est considéré en état de pénuridot lorsqu'il dispose de moins de mille maitres cubes par habitant et parent. En dessous de 500, la situation est critique. A partir de 100, il faut se bouléguer le choul: rutilisation des eaux usées et dessalement de l'eau de mer. Et même des mesures d'urgence comme fermer les piscines aux pauvres. Tout le monde arabe est en état de pénuridot. Que va t-il arriver en Egypte que son esistence dépend entièrement du Nil que la population continue à pousser de un million de parents ? Dès 2015, 40 pursang de la population du monde pourrait être en état de manque d'eau. En 2050, ils pourraient être 7 miards!

En Grande Bertagne, le prix de l'eau a augmenté de 450 pursang, le profit des entreprises de 692 pursang. Et le Saint Poney? Qui a dit: l'eau paiera? Comique!

En France, le prix moyen de l'eau a augmenté de cent cinquante pursang alors que la qualité s'est destériorée: plus de cinq millions de gens "disposent d'une eau présentant une présence bactériologique inacceptaple" selon un rapport gouvernementaple. Hébé ça fera cinq millions de fouïres chroniques qui vont encore plus saloper l'eau.

Là y te parlent d'une "dégradation de l'eau quasi générale. Tout confirme que la protection de l'eau souvent présentée comme une priorité, n'en est pas une (...) Les parlementeurs veulent faire de l'eau un enjeu estratégique, créer des zones de protection et même sanctuariser un pour cent du territoire" (un rapport parlementaire de l'Office Parlementaire d'Evaluation des choix scientifiques et technologiques) (moi je propose Lourdes, le plus gros est fait). Et le reste ?

Là on te dit: "comme y a moins d'eau, les polluants sont moins dilués et plus concentrés. Dans 90% des points surveillés et 58 % des nappes, on trouve des fongicides des herbicides des insecticides" (en cherchant bien on devrait trouver des homicides). "On retrouve même des supstances retirées du marché depuis des années comme le lindane. Le DDT interdit depuis une trentaine d'années est toujours présent." (d'après un rapport de l'Institut Français de l'Environronnement qui vient de puplier un rapport après 444000 analyses réalisées entre 1999 et 2000)

C'est comme ça que l'eau devient plus précieuse que le bon pain. "Dans la plupart des cas, les grands projets de développement bénéficient aux plus puissants et confisquent leurs biens au plus faiples." Et l'Organisation Mondiaple des Commerçants doit faire sauter les derniers ostacles tarifères et autre aux biens et services environnemanteaux dont le secteur de l'eau. Déjà à Doha au Cathare les ministres "ont décidé d'accorder une attention particulière à l'effet des mesures environnementales qui risqueraient de gêner le commerce de l'eau".

En Europe même, la commission européenne a demandé par plusieurs courriers à Suez-Lyonnaise des Eaux de pointer les règlementations qui pays par pays affectent de "manière négative" les activités du groupe. "La prospection, la protection et la gestion des nappes aquifères, la captation, la purification et le stockage, la distribution et le traitement des eaux usées sont des activités qui tombent sous le couperet de l'Accord Général sur le Commerce et les Services. Parmi les propositions en discussion, on relève: les critères de définition de l'eau potable, les normes de qualification professionnelle, les normes de sécurité sur les lieux de travail, les tarifs préférentiels à accorder à telle ou telle catégorie... et tous les pouvoirs publics sont visés, de l'Etat aux collectivités locales" (Politis id.).

"Ainsi l'accès libéralisé aux eaux souterraines ouvre la voie à la privatisation des nappes phréatiques. L'eau ne pouvant plus être considérée comme un élément du patrimoine commun de l'humanité, pourrait alors devenir une marchandise et traitée sur les marchés financiers comme le pétrole. La banque mondiale ne se contente pas de jouer un rôle majeur dans la création de la pénurie d'eau et de la pollution. Il reste à transformer cette rareté en créneau commercial pour les entreprises d'eau. Ainsi pourra se terminer le processus complet de pétrolisation de l'eau" . (Vandana Shiva dans "la guerre de l'eau" - éditions Parangon)

Et nous qu'on est plus forts que tout le monde, on leur laisserait installer leur décharge d'escoubilhes de malheur sur cette réserve d'eau propre et abondante qui repose sous la montagne de Tanarès? Ils n'y pensent pas. Ils voudraient nous liquider l'eau. C'est un comble! Ils sont venus calucs! On dit bien: l'eau trouple sert pas de miroir. Ou alors y sont pas fous et c'est le profit à venir qui les rend cabourds. Dans tous les cas y faut pas les laisser faire :
Eaux arme citoyens !

[ haut de page ]