Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Complexe poubellistique ou pôle merdique ?
signé Gerbas, 7 janvier 2004
  lire le texte original

Décidément, les politiques qui nous gouvernent sont des bouffons impayables. A moins que ce ne soient les jargonautes qui roulent pour eux qui sont recrutés dans le music-hall pour se fendre la gueule avec nous. Les deux, sans doute, tant ils semblent convaincus qu'ils s'adressent à un public de chaud télévisé. Ou alors, ils sont dotés d'un sens si particulier de l'humour que ça n'arrive pas à passer d'un bout à l'autre du département. A vous de juger. Témoin, la dernière livraison du papelard noblement intitulé "le magazine du département de l'Hérault".
C'est tout frais. L'encre des sottises balancées au bon peuple est encore fraîche. C'est le n° 121 de janvier 2004, il est gratuit, y en aura pour tout le monde, inutile de bousculer, et pour celles et ceux qui n'auraient pas encore reçu cet évangile écrit en langue de bois, je ne résiste pas au plaisir de vous le livrer in extenso. On n'a pas tous les jours l'occasion de rigoler. Quoique.
Page 16, ça cause donc du Saint-Ponais et c'est intitulé:

"Un pôle touristique et environnemental"
Ça commence très fort ! Au train où vont les choses, moi j'aurais plutôt titré "un pôle merdique et crapulomental", mais je n'ai pas leur sens de l'humour. Des fois que ça ferait fuir les touristes si on commençait à leur dire la vérité ! Ou alors "pôle" est une nouvelle abréviation de "poubelle": "va jeter ces épluchures à la pôle", "le camion des pôles est pas encore passé", "ils traitent ça par dessus les pôles", Saint-Pons aime être pôle et Virginie aimait trop Paul, etc... J'ai bien mauvais esprit, car dessous il y a écrit en rouge pour que ça se voie bien:

"Le Saint-Ponais est bien parti...
Avant tout ce branle-bas, le Saint-Ponais n'était pas parti. Il avait même pas démarré. Il faisait rien qu'à dormir, il attendait le Prince Charmant. Allez vaï, je continue:

... pour valoriser ses atouts naturels."
Tu te pinces, tu crois rêver. Ou bien le pisse- copie qui a rédigé cet article a passé deux ans dans un cachot au fin fond de l'Islande ou bien enfermé dans une capsule de la NASA pendant 10 000 rotations autour de la Terre, ou alors, autre scénario, il a pas bougé le cul de sa chaise et il a recopié une pub sur Venise ou les îles Grenadines. Je sais pas moi, on se renseigne avant d'écrire d'aussi grosses conneries. Il a pas peur, le gars, qu'on se foute de lui.

"Autour de son bourg-centre, Le Saint-Ponais est un petit territoire de 9 communes et de 4117 habitants, dont 2287 à Saint-Pons de Thomières qui joue bien son rôle de centralité."
Un territoire qui joue un rôle de centralité, ça en jette. Ça veut pas dire grand-chose quand tu y réfléchis, mais c'est justement fait pour que t'aies pas à réfléchir. J'ai cherché "centralité" sur mon Larousse, je l'ai pas trouvé. Ça me rassure un peu. Un type qui est capable d'inventer des mots qui n'existent pas, c'est un poète, il doit bien être capable de broder tous types de salades sur un pays qu'il ne connaît pas. Ou alors il voulait juste dire "centre alité". Normal, quand tout le monde souffrira de pépins de santé chroniques. Tu vois bien que j'ai mauvais esprit.
Je continue sinon à ce train-là on n'est pas rendus:

"Le contrat de projet avec le département se base sur un constat."
C'est ici que tu vois, l'ami, que ce sont vraiment des modernes: toi, tu en étais encore à parler de projets, de contrat, ceci, cela, à la rigueur de projet de contrat, mais t'aurais pas osé parler de contrat de projet. On est des ringards, te dis-je! C'est pourtant pas compliqué: tu prends 4 ou 5 mots à la mode et tu fais réduire à feu vif sans cesser de touiller. Ça donne: pôle d'optimisation, projet de valorisation, contrat d'excellence en temps réel, segmentation des synergies à flux tendu, initialisation de la centralité, ...Moi je t'en fournis à la pelle. Qui vient de lancer "trouduculisation des micro-chefs" au fond de la classe ? Sale mentalité, va!
Je poursuis:

"... situé à un carrefour géographique, climatique, routier, (ça, on avait capté, c'est plus facile pour barrer les accès, on le répètera pas) le Saint-Ponais est riche de ses paysages et d'un patrimoine bâti de qualité."
O pôvre, il est riche que de ça, parce que les paysages, on est en train de les brader au moins-disant et le bâti, il prend pas de la valeur par les temps qui courent.

"Mais il souffre d'une image de 'bout de monde',...
Ouaip, tu as bien lu! Le crétin qui est stipendié pour pisser ses torchons à Montpellier se croit le centre du monde habité! Pauvre loquedu, va. Sorti de Valras, il prend son passeport, ses cachets contre le palu, sa bombe lacrymo et va une fois par an à la rencontre des peigne-cul en se demandant si tu fais du feu avec des silex et si son portable passera. Ça te donne bien la mesure du fossé, du gouffre, du Colorado qui sépare ces petits, ces menus, ces nullos, du monde réel.
Vu de la préfecture, Saint-Pons c'est le bout du monde, le désert des Tartares. Tu t'étonnes qu'ils aient pas de complexe à t'envoyer leurs escoubilles.

"... avec peu de tissu industriel et une démographie en baisse."
Pour sûr, le complexe poubellistique va attirer des milliers de nouveaux résidents. A trois: on y croit, on y croit, on y croit ! Poubelland sur Jaur !

"Il faut donc valoriser ses atouts et l'aider à devenir un pôle touristique et environnemental (C'était déjà dans le titre, mais je ne peux pas m'empêcher de repouffer) puisqu'il a la chance d'abriter le siège du parc naturel régional du Haut- Languedoc."
Tu entends ça, la chance, hé Dugland! Tu crois que si le siège du Parc est à Saint-Pons et pas à Monpeul ou à La Devèze, ça s'est joué aux cartes? On rêve. Pour ceux qui auraient raté les derniers épisodes, le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc a été créé en 1973, sur un territoire d'exception, et s'il a encore ce label, c'est qu'il l'a bien mérité et entend bien le rester. Point.

"Le contrat de projet 2003-2006 prévoit notamment une étude..."
Là aussi, tu ris, on est complètement dans le virtuel, une étude, puis après un audit, puis après des analyses de faisabilité, puis une mission, encore une autre étude et comme entretemps, les équipes politiques ont changé avec les élections, on vire tout le monde et on repart à zéro "sur des bases saines". Tu m'étonnes que les choses n'avancent pas. Une boite comme la Sita s'embarrasse pas de tout ça, ils ont des objectifs limpides en forme de bénéfices à huit chiffres qui leur servent de feuille de route. Donc...

"...une étude pour la réhabilitation de l'ancien collège privé d'Ardouane à Riols qui serait transformé en centre d'accueil et d'hébergement des visiteurs."
Mais des visiteurs de quoi, peuchère? (on n'a pas osé dire des touristes). Ils sont si cons que ça, les visiteurs, qu'ils vont aller se placer sous le vent de la décharge pour passer quinze jours de vacances à Riols ? Atterrissez les gars! Ou alors c'est que les gens de la vallée semblent si plombés qu'on peut leur dire sans crainte: "OK, vous avez cette décharge pour un demi- siècle d'accord, mais nous on fait un gros effort, regardez, on prévoit même une étude de réhabilitation de l'ancien collège." Ils nous prennent vraiment pour des cons ou bien c'est dans leur nature, ils le font pas exprès ?

"Par ailleurs, Saint-Pons renforce son rôle rayonnant" (tu l'a dit bouffi, 90 camions de merde qui montent et qui descendent de Saint-Pons tous les jours que le bon dieu fait, tu parles d'un rayonnement) "avec la création d'une médiathèque accessible aux habitants des 9 communes." (Moi, je propose une bibliothèque spécialisée dans les ordures, une merdothèque quoi. je lance ça comme ça. Je sais pas si l'idée va être retenue.)

"Un réseau de chaleur, qui chaufferait économiquement les bâtiments publics avec le bois issu de l'entretien des forêts environnantes, est à l'étude." Vous voyez bien qu'on est mauvaise langues. Après des décennies d'incurie totale et de jem'enfoutisme le plus complet à l'égard de l'environnement local, voilà t'y pas qu'à Saint- Pons on chauffe plus vert. Tè, une idée: pourquoi qu'on prolongerait pas les torchères de la décharge par des canalisations et qu'on chaufferait pas la ville avec ? Enfin, moi, ce que j'en dis...

"Pour 2003, le Département (avec un D majuscule) a consacré 363 910 € à ces projets, somme qui sera révisée annuellement jusqu'en 2006."
Mazette, si je compte bien, tant d'euros, 239 millions de francs, ça fait des projets en or massif. A moins que ce ne soit que de la poudre (d'or) aux yeux. On s'interroge: c'est-y pas un peu trop luxueux pour simplement des projets ? Ça fait pas un peu cher du projet ? Surtout pour un bout du monde (il a pas osé écrire un trou du cul du monde). C'est même à la limite de la grossièreté que d'étaler de tels chiffres pour des projets quand on connaît l'étendue des vraies difficultés à résoudre. Ce serait pas le bon moment, hé les gars du département avec un D majuscule, ce serait pas le bon moment pour écouter les manants locaux qui vous cornent aux oreilles depuis un an qu'ils n'en ont rien à foutre du projet de décharge monstrueuse dans le Saint-Ponais ? Et que tout ce pognon serait mieux employé à traiter enfin les vrais problèmes ? Ohé du Clapas ! hé hé...
J'en étais sûr, y a personne qui écoute. Je gueule tout seul dans mon coin.
N'empêche, y en pas mal qui feraient bien de déplaner dans les mois qui viennent. Ça leur ferait un peu de bien de reprendre contact avec la réalité vraie, pas l'univers virtuel de leurs mondes de papier.

Mais tu vois, j'étais parti pour rigoler, mais finalement, leurs conneries, ça fait plus rire personne. Pas moi en tout cas, pas du tout...

[ haut de page ]