Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Lettre au Commissaire-enquêteur
M. et Mme PONS Patrick et Gisèle - Gartoule - 34220 RIOLS

le 16/12/2002
à M le Commissaire enquêteur

Monsieur

Nous tenons à vous faire part de notre opinion défavorable au projet de CSDU de Tanarès.
De nombreuses raisons poussent les riverains à s'opposer à ce projet de décharge: pollution de l'air, de l'eau, manque de drainage sous les films géotextiles, problèmes géologiques, augmentation du trafic des poids lourds...
N'étant pas très documentés sur ces problèmes là, nous nous contenterons d'en soulever un: celui des fortes précipitations.

Le site a été conçu pour faire face à des pluies de 152 mm. Or la région de Saint-Pons se trouve dans une zone sujette aux épisodes cévenols: ci joint les documents relatifs aux intempéries du 12 septembre 1875 (source '"les inondations catastrophiques du 12 septembre 1875" de "les cahiers de "Richesses du Saint-Chiniannais" "

Que se passerait-il si la décharge subissait de telles précipitations ? ( 400 à 500 mm ne paraissent pas irréalistes, il est tombé 420 mm de pluie à La Bastide Rouairoux les 12 et 13 novembre 1999).
D'abord , beaucoup de sinistrés dans la vallée du Jaur, ce qui ferait passer le problème de la décharge au second plan. Ensuite la nationale 112 impraticable pour plusieurs semaines et la D 908 endommagée fortement aussi:

extrait du Messager du midi du jeudi 16/09/1875 : "des ravins coupent, sur des longueurs de plusieurs centaines de mètres la route de Saint-Pons à Saint-Chinian. Il faudra de longs mois pour réparer ces brèches qui sont de véritables précipices".

extrait de l'ingénieur en chef des services hydrauliques de l'Hérault : "la route départementale 8 a été surmontée presque partout et parfois à de grandes hauteurs "

Pendant ce temps, les bassins de rétentions déverseraient leurs produits toxiques dans le ruisseau de Condades.
Les camions de pompage des lixiviats ne pouvant atteindre le site, la société gérant la décharge rejetterait l'entière responsabilité de la pollution sur l'Etat et le département, responsables du réseau routier.
De plus, si la décharge est inutilisable pendant une longue période, les habitants du Biterrois se retrouveraient avec une masse chaque jour plus grande d'ordures dont ils ne sauraient que faire.

Pour toutes ces raisons, nous trouvons très imprudent de concentrer toutes les ordures sur un même site.
Tout à fait conscients de la nécessité de résoudre le problème des déchets, nous pensons que l'ouverture de plusieurs centres beaucoup plus petits, bien que solution plus coûteuse permettrait de réduire les risques pour les populations.

De plus afin que toutes les personnes compétentes sur les autres points soulignés au départ puissent s'exprimer, nous demandons aussi que la durée de l'enquête publique soit prolongée.

Veuillez agréer Monsieur le commissaire enquêteur nos sincères salutations.

[ haut de page ]