Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
télécharger ce texte

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Tanarès, encore une tumeur de la mal-croissance
Gérard Bastide - Vert tarnais, adhérent de Greenpeace-France

Ce projet annoncé de stockage de déchets dans le Saint-Ponais aura eu au moins le mérite de quelques effets positifs: entre autres, celui de secouer un peu le train- train de nos quotidiens, de faire émerger quelques initiatives intéressantes, de restaurer quelques pratiques démocratiques de base: s'informer, demander des comptes aux élus, contester si besoin est, retrouver le chemin de la rue, prendre position à propos de choix déterminant notre quotidien et notre avenir. Alors, merci qui? merci... ta-Sud.
Mais, au-delà des interventions pertinentes des uns et des autres sur tel ou tel aspect technique du projet ( géologie, géographie, pluviométrie, rentabilité, bien- fondé, juridique...) j'aimerais profiter de ce beau remue-méninges pour placer le débat sur le terrain politique. Il est bien entendu que ce n'est pas la vocation de ce site, mais l'occasion est trop belle pour ne pas lancer la discussion en évoquant un certain nombre de faits statistiques qui, me semble-t-il, décrivent notre modèle actuel de société.

Alors, quelques chiffres en forme de questions pour un champion: - quelle était la quantité de déchets domestiques non recyclables produits par l'Indien des grandes plaines d'Amérique au XIXe siècle? réponse : 0 kg.
Ajoutons que ce même "Peau-Rouge" consommait environ 4 litres d'eau/jour.
- Et aujourd'hui, quelle est la quantité de déchets produits par son successeur nord-américain ? D'après les récentes statistiques, environ 950 kg/personne/an!
Et ce n'est qu'une moyennne. J'imagine que certains gros gringos doivent dépasser allégrement les 2 tonnes. Le même américain a besoin de plus de 400 litres d'eau par jour.
- Et le Français dans tout ça? Quand je l'ai appris à l'école, c'était 220 kg de déchets/personne/an (vers 1960 ). Quand je l'apprenais à mes élèves, c'était dans les 360 kg/personne/an (facile à retenir, ça fait un kg par jour ). Aujourd'hui, on nous annonce 400, voire 450 kg/an. Diable! Est-ce à dire que nous sommes deux fois plus heureux qu'en 1960? Je vous laisse le soin de répondre...

Allez, un dernier chiffre pour la route: l'Ethiopien de base, comme vraisemblablement nombre de ses collègues africains, produit dans le même temps 20kg/ an. Je vous fais pas un dessin : accroissement des richesses = accroissement de la consommation = accroissement des déchets. Y a pas à tortiller.
Tiens, un autre chiffre: aujourd'hui, 90% de nos emballages sont à usage unique! Je vous entends objecter d'ici : mais personne en Europe ne veut d'un modèle de développement à l'éthiopienne! OK, objection retenue. Le problème, c'est qu'on risque bientôt d'avoir les deux! C'est-à-dire des volumes de déchets "à l'américaine" et une croissance "à l'éthiopienne"! Notre territoire est en effet trop petit pour supporter longtemps notre mal-croissance irraisonnée. Tout se passe comme si nous vivions dans une société qui refuse de regarder en face les conséquences de son propre fonctionnement : traitement des déchets nucléaires remis à plus tard (40000 générations pour les plus toxiques ), déchets toxiques de la chimie balancés dans les sols, rejets gazeux de l'industrie répandus dans l'air, "boulettes" des pétroliers sur les plages, ordures enfouies dans la montagne... Si c'est ça le prix à payer pour notre qualité de vie actuelle, on n'est pas rendus! (et encore, qualité de vie pour quelques-uns d'entre nous seulement... je médite encore sur le slogan de La Poste: "le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous").

Alors, condamnés à périr dans notre propre jus comme Piccoli dans "la grande bouffe" ? De la merde jusqu'au cou et défense de s'asseoir ? Solutions y a pas ? Bien sûr que si! Allez va, quelques pistes fraiches :
La république d'Irlande vient de décider de taxer la production de sacs en plastique : en quelque semaines, la consommation de ceux-ci vient de chuter de 90%! Bingo ! Taïwan met le plastoc hors-la-loi: plus de distributions gratuites de sacs plastique, couverts, gobelets,...
Le gouvernement allemand va imposer une consigne obligatoire pour les emballages jetables de toutes les boissons et pas seulement gazeuses.
Il semble désormais que la seule issue raisonnable à la gigantesque crise écologique, sociale, économique et de santé publique qui se profile passe par l'invention d'une société de décroissance et de partage. La décroissance, ses détracteurs l'ont trop longtemps caricaturée en ricanant: la chasse au gaspi hi hi, la bougie et la meule à bras, ah ah. Plus sérieusement, on pourrait la schématiser par les 6R: Réévaluer, Restructurer, Redistribuer, Réduire, Réutiliser, Recycler (cf. S. Latouche "la déraison de la raison économique" Albin Michel -2001). C'est aussi, outre la formidable révolution culturelle et technologique qu'elle représente ("faire mieux avec moins"), l'antidote à la mondialisation consumériste et le passage absolument obligé si on veut laisser une Terre à nos enfants...
Vous croyez pas que c'est le bon moment pour commencer, chacun à notre niveau, notre examen de conscience ? Au fait, il est où mon panier en osier?

[ haut de page ]