Projet de centre d'enfouissement de déchets ultimes
Une super décharge dans le Saint-Ponais ?
 

[ texte précédent ] [ retour au sommaire ] [ texte suivant ]

Cachez nos ordures que nous ne saurions voir ???
tract distribué sur Bédarieux le 15 février 2003

Mesdames, messieurs, membres élu(e)s,
SOYONS DES CITOYENS SOLIDAIRES !
Aujourd'hui les habitants des Hauts Cantons de l'Hérault
vont être sacrifiés sur de l'indifférence et de la facilité.
IL EST URGENT DE RÉAGIR


LA PETITE HISTOIRE pour bien comprendre:
Depuis 1975 nos élus ont pour mission de préparer la fermeture de nos décharges (c'est pour cela, entre autres, que nous les avons élus).
Certain s'y sont attelés sans tarder mais ils sont rares (le plan départemental de gestion des déchets a été terminé en 99), les autres (et c'est la majorité) ont attendu l'échéance 2002, faisant fi du bon vieux dicton "mieux vaut prévenir que guérir".
A force de se défiler devant leurs responsabilité, rien n'a été concrètement fait. Mais voilà, le petit (ou gros) terrain vague derrière la colline, plus le droit de le polluer, fini les décharges "sauvages" !
Alors que va-t-on faire de nos 600 000 tonnes de déchets ménagers et autres, les trier ? là ? tout de suite ? bien sûr que non, on ne met pas le tri sélectif en route du jour au lendemain !
Alors, coûte que coûte, on trouve une solution rapide.
Et nos élus de penser:
Les décharges de déchets ultimes (Centre d'enfouissement technique) c'est ça la solution. Dans un 1er temps, elles accepteront le tout venant; le temps de se mettre à jour du tri, et puis après elles n'accueilleront que l'ultime de chez ultime. Très bien ! alors, voyons où implanter ces décharges. Mais voilà personne n'en n'a voulu, et nos élus et propriétaires terriens ont rejeté toutes propositions émanant des industriels du déchet. Le foncier est resté introuvable.
Non ! pas chez nous ! ont-ils pensé, trouvons un grand site et démultiplions les problèmes.

Puis le sauveur, le "hérault" du département s'est fait connaître. Sorti de nulle part et passant par hasard, l'industriel SITA-SUD propose la solution miracle (quelle réactivité !).
Certes le site de Tanarès à Riols n'est pas très viable, sol perméable, non stable, loin de tout et par conséquent des producteurs d'ordures, dans un Parc naturel, quelques fuites de lixiviats et autres légères pollutions sont à prévoir mais il ne faut pas trop en demander "je veux bien vous dépanner mais soyez reconnaissant quand même !".
Le très grand avantage, c'est que la population est moindre et que ces gens qui ont déjà fait le sacrifice du confort économique, entre autres, pour vivre en milieu "ruralosinistré" peuvent bien faire encore un effort. De toute façon, qui écoutera la complainte du Gavach "croulant sous les ordures"? Certainement pas le consommateur non-averti.

Alors, ADIEU nos torrents cristallins, notre rivière du Jaur, notre air le moins pollué de tout l'Hérault, notre espoir de développement économique touristique, nos certificats Ecocert pour nos légumes et notre miel, notre AOC pour notre Navet de Pardailhan, et notre vin, notre label Parc, et j'en passe... .....ADIEU

Bonjour lixiviats, dioxine, insecticides, raticides, odeurs putrides, sacs plastiques, mouettes des montagnes, embouteillages….

ET AU SECOURS ! !
LES POUMONS DU DEPARTEMENT SONT ATTEINTS DU CANCER !


Que faire à votre niveau ? Si la pollution, par vos ordures accompagnées de toutes celles de l'ouest du département enfouies sur le site TANARES à Riols, vous reste sur l'estomac.
Peut-être pouvez-vous le faire savoir auprès de vos élus et les inviter à boycotter ce site. Vous ne participerez donc pas à votre insu à cette catastrophe écologique annoncée.
Proposez-leur peut-être de chercher des sites viables écologiquement donc non dangereux. Pourquoi pas sur votre canton et de créer ainsi des Centres d'enfouissement technique à échelle inter-cantonale ?
Et surtout pressez-les à mettre en place un tri sélectif efficace.

Signé : Une habitante des HC
Pour Info, un site : decharge34.com